La grande bassesse

Hanif Kureishi est un des plus grands écrivains anglais contemporains. Il n’est pour ainsi dire pas de grandes distinctions qu’il n’ait reçu à ce jour, au titre desquels celles de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres ou Commander of the Order of the British Empire. Il est écrivain, scénariste, dramaturge… Je ne pense pas que ce livre reflète les thématiques qui lui sont habituelles mais il n’y a peut-être pas d’entrée unique pour aborder son oeuvre. Et pour ma part j’y aurai mis les pieds par cet « Air de rien », de son titre original littéral « Le Rien » !

Eh oui, versons un rien de luxure, ajoutons-y un rien de manipulation, complétons en agrémentant d’un rien de trahison, saupoudrons un rien de détresse et pour l’assaisonnement final chacun selon ses goûts optera pour un rien de jalousie ou de vilenie ou d’insanité mentale. Lire la suite

Share Button

Outillage de paix

J’ai lu presque tous les livres de cette écrivaine. Et le presque vient du fait que j’ai « raté » la sortie de l’avant-dernier mais je vais y remédier très vite ! Enseignante en histoire de l’art, elle peut désormais se consacrer intégralement à l’écriture. Mais dès son premier roman elle avait su insérer du beau dans ses mots, dans ses récits, dans le coeur de ses personnages et dans leurs rencontres. Car oui, elle met en scène la vie, elle invente de la joie là où se niche la tristesse, crée de la magie et de l’espoir là où tout n’est qu’obscurité et passé. Le lecteur s’amuse en la lisant, s’enchante, et accepte d’être enjoué au lieu de se morfondre. Ce dernier livre, Ör, ne fait pas exception à la règle mais cette fois le personnage principe est un homme ; un taiseux, un bricoleur, un drôle de stable ! Lire la suite

Share Button

Club de Lecture du 24 novembre 2017

Ce club de lecture fut riche d’émotion et aussi d’indignation, aux fils desquels nous avons entrelacé douceur et poésie par la force de cette alchimie qui désormais s’invente dans notre cercle d’une réunion à l’autre !

Un rapide tour d’horizon des différents prix littéraires de la rentrée s’avérait nécessaire puisqu’ils avaient tous été discernés en novembre. Hormis L’Art de perdre d’Alice Zeniter (Prix Goncourt des Lycéens) et Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel (Prix Médecis), les autre livres primés avaient été lus par les membres de notre assemblée. Nous avons trouvé que pour une fois les jurés avaient primé de bons livres et des écrivains talentueux. Bien entendu nous avons noté que désormais la maison de Madame Nyssen faisait partie des « grandes » maisons d’édition, retenue pour la quatrième fois pour un Goncourt (Eric Vuillard cette année après Mathias Enard, Jérôme Ferrari et Laurent Gaudé). Mais puisque cet éditeur réunit et publie d’excellents écrivains notre polémique fut brève !

Nous avons alors ouvert notre revue de livres sur quelques mots de Marguerite Duras. Malgré un bref cafouillage technologique nous avons pu écouter sa voix fluide, fleurie d’une teinte caustique, nous dire :

On pose toujours aux écrivains des questions auxquelles ils répondent très difficilement. On demande pourquoi ils écrivent. Mais les écrivains pourraient demander aussi pourquoi les autres n’écrivent pas…

Lire la suite

Share Button

Qui survivra verra…

Quelle jolie dystopie ! Eh oui, Jenni Fagan, écrivain écossais, a écrit un livre d’une grande poésie, riche de subtilité, d’humour, de finesse et de tendresse. Mais c’est bien une dystopie et l’extraordinaire et le hors normes y ont leur place, privilégiée… C’est beau et étrange, intime et très imaginaire. Ça se dévore, d’une lecture lente.

Nous sommes dans un futur très lointain où, dû au réchauffement climatique, les glaces ont fondu, où les iceberg dérivent vers l’Europe et où désormais l’hivers épouse les moins cinquante (-50°C) degrés Celsius. Et notre écrivaine, dotée d’humour, situe ce futur lointain en 2021. Pour le reste le monde ressemble à celui que nous connaissons, une planète avec des êtres humains : des hommes, des femmes et des trans-genres. Lire la suite

Share Button

Club de lecture à Porto-Vecchio

Nous vous proposons un rendez-vous tous les mois
à la bibliothèque de Porto-Vecchio.
Vous êtes les bienvenus avec ou sans livre à partager !

 cl1

Vendredi 15 décembre 2017
de 16h à 18h

Lire la suite

Share Button

Transgressions et transformations

Un bon polar est en général bien plus que juste un polar. C’est souvent la retranscription d’un monde, d’un univers existant quelque part sur la planète et l’atmosphère qui l’accompagne. Avec Natsuo Kirino nous sommes dans le Japon de la bienséance et de la réussite… Si ce n’est qu’ici c’est l’envers du décor qui est dessiné. Que se passe-t-il lorsqu’on cherche à sortir de sa condition, de son statut, de sa ville natale. Fugue, adultère, séparations, où mènent-ils ? Dans ce roman savamment noir bien-sûr ! Lire la suite

Share Button

Vivre c’est comment ?!

Les livres poignants et drôles qui savent nous raconter mille souffrances en nous faisant rire et en nous abreuvant de traits d’esprit, ça ne court pas les rues. (Et les rues sont bien peuplées !). C’est pourtant une promesse que tient Viet Thanh Nguyen. Le Sympathisant est fin, créatif, hors normes tout en nous parlant de sujets mille fois vus, mille fois lus : la guerre, le Vietnam, l’exil, la double identité. Or ici la double identité est poussée à son extrême : le narrateur est un agent double, déchiré et solide comme personne ! Ce livre a remporté bien des prix littéraires, et parmi les plus renommés… sincèrement, il le mérite. Lire la suite

Share Button

Le Prix Neustadt 2017

Le Prix Neustadt, vous connaissez ? C’est le Nobel américain de littérature qui a été décerné par exemple à Mia Couto en 2014, à Rohinton Mistry en 2012, ou à Octavio Paz en 1982 et à Francis Ponge en 1974.
Ils ont fait l’annonce du lauréat 2017 hier soir, c’est l’écrivaine américaine d’origine haïtienne Edwige Danticat qui remporte le prix.
Je vous laisse consulter cette page, http://ile-en-ile.org/danticat/, qui la présente brièvement et liste ses écrits (essais, nouvelles, romans, littérature jeunesse…) dont certains sont traduits en français. Lire la suite

Share Button

Démettre l’élève

J’ai été bien surprise par cette dernière parution de l’écrivaine sarde Michela Murgia. Autant vous dire qu’il ne ressemble en rien à ses romans précédents si ce n’est qu’il est aussi réussi que les autres ! Nous sortons ici des petits villages sardes côtoyés dans Accabadora et La Guerre des Saints. Tout comme la narratrice nous quittons le passé traditionnel pour rentrer ici dans un mode de vie plus moderne, et très actuel. Le récit traite de la manipulation. Avec intelligence, avec délicatesse Michela Murgia nous permet de regarder l’homme, la femme, dans leur réalité. Sans rien diaboliser, sans rien négliger elle nous emporte dans une quête autre : comment parvenir à s’aimer soi-même… Lire la suite

Share Button

Club de Lecture du 27 octobre 2017

Pour cette deuxième rencontre de la saison nous étions heureux de revoir Marie-Hélène parmi nous, accompagnée de sa petite fille qui a, en quelque sorte, assisté à notre club de lecture et que nous espérons revoir ! Marie-Hélène n’a pas eu l’occasion de nous parler de ses lectures en cours et nous en fera part peut-être à son retour en Corse au printemps, néanmoins, en partant elle nous a soufflé leurs noms : La Montagne de l’âme de Gao Xingjian et De Venise à Venise (titre original Dorsoduro) de Pier Maria Pasinetti. Le premier est le sublime récit poétique de l’écrivain chinois Prix Nobel de Littérature 2000, le deuxième aurait des saveurs de « Proust italien » nous a dit Marie-Hélène.

Mais reprenons la réunion à son début.

Nous avons ouvert le club de lecture sur les mots de Patrick Modiano qui en réponse à la question « Pourriez-vous vivre sans écrire? » a répondu « Vous savez, c’est comme quand vous voyez un tableau accroché au mur qui est de travers… vous avez besoin de le remettre droit. Eh bien pour moi, écrire, c’est un peu la même chose, ça me permet de ré-équilibrer les choses ». Nous sommes bien heureux de savoir qu’il va continuer d’écrire et d’ailleurs il publie en cette rentrée deux textes : une pièce de théâtre, Nos débuts dans la vie, et un récit bien modianesque, Souvenirs dormants.

Quant à nous, pourrions-nous vivre sans lire ?! Pour le moment nous continuons à redresser le tableau à notre façon !… Lire la suite

Share Button

Congo

Cet article a été rédigé par Florence Vizet suite au club de lecture du 24 novembre 2017

15 novembre 1884 : tous les chefs d’état européens et spécialistes se réunissent à Berlin au palais Radziwill pour créer le Congo.

Tous ces » grands hommes » et experts en fracs sont croqués par Vuillard, évoquant pour chacun son histoire et son action dans cette ignoble partage de l’Afrique: Chodron de Courcel, responsable des études à la BNP, Malet qui vante le libre échange à sens unique , Léopold roi des belges, qui se crée ainsi une propriété tellement plus grande et lucrative que son petit pays, Stanley qui doit rendre accessible le bassin du Congo, Leon Fievez qui « coupe les mains » … 

Lire la suite

Share Button

Charmeur de la vie !

C’est toujours un moment magique de découvrir un nouvel écrivain et constater à quel point on s’est laissé emporter dans son monde. Alessandro Piperno a l’art de créer une atmosphère propre à lui, avec des personnages peints à sa façon et tout cela secoué suivant un rythme dont il détient seul le secret ! Le tout se révèle être une lecture charmante, à la chute pourtant rude. Une plume à savourer donc, sans modération ! Lire la suite

Share Button

Jusqu’où va l’amour ?

Peter Stamm est un écrivain de l’intime, de l’invisible et de l’indicible. La chose qui relie deux êtres ou qui les éloigne, cela l’intéresse. Quelle est la substance qui caractérise un homme, une femme, et permettrait de prédire leurs actes, leurs choix… Il explore ces questions et ces univers de l’infime qui frôlent pourtant l’essentiel ! Son dernier livre traduit et publié en français est un parfait exemple de son oeuvre. Lire la suite

Share Button

Sornettes.

Les livres qui me plaisent moyennement, je n’en parle pas dans mon blog. Et ce Lincoln in the Bardo ne m’avait pas spécialement enchanté… Mais puisqu’il a remporté le Man Booker Prize 2017, puisqu’il a charmé les critiques, et parce qu’il a effectivement des qualités irréfutables, me voici à faire son article ! Lire la suite

Share Button

Ils vont tuer Robert Kennedy

Cet article a été rédigé par Florence Vizet à l’occasion de notre club de lecture du 27 octobre 2017.

Un professeur d’histoire contemporaine, O’Dugain, se lance dans l’enquête simultanée sur la mort successive de ses 2 parents à un an d’intervalle – dont son père célèbre psy spécialisé dans l’hypnose – et sur la mort de Robert Kennedy, car elles lui semblent avoir un lien.

Les chapitres se succèdent entre ces 2 histoires…   Lire la suite

Share Button