Congo

Cet article a été rédigé par Florence Vizet suite au club de lecture du 24 novembre 2017

15 novembre 1884 : tous les chefs d’état européens et spécialistes se réunissent à Berlin au palais Radziwill pour créer le Congo.

Tous ces » grands hommes » et experts en fracs sont croqués par Vuillard, évoquant pour chacun son histoire et son action dans cette ignoble partage de l’Afrique: Chodron de Courcel, responsable des études à la BNP, Malet qui vante le libre échange à sens unique , Léopold roi des belges, qui se crée ainsi une propriété tellement plus grande et lucrative que son petit pays, Stanley qui doit rendre accessible le bassin du Congo, Leon Fievez qui « coupe les mains » … 

Lire la suite

Share Button

Le début de la fin !

J’ai lu le dernier livre d’Yves Ravey avec plaisir, sans effort. Un sentiment aérien se dégage du récit alors que c’est écrit sous un mode bien terre à terre. Chaque chose est appelée par son nom. On ne s’attache qu’aux faits palpables. Les comiques de situation s’en mêlent, le suspens s’invite à grands pas… et tout cela autour d’un personnage qui m’a fait étrangement penser à celui de l’Etranger de Camus ! Lire la suite

Share Button

La force subversive de l’Amour

romanesque-tonino-benaquistaAucune institution ne résiste à l’Amour, ni même celles du Ciel, du paradis et de l’enfer ! Une fois que l’on a dit cela on a presque tout dit de la pensée émise par ce livre… Mais bien entendu je ne vais pas m’arrêter là car j’ai été bien trop enchantée par cette lecture pour ne pas tenter de vous donner envie de vous y plonger. Car non, aucune des sélections des prix littéraires de cette rentrée n’a retenu ce titre dans ses listes, bien peu de critiques littéraires, d’émissions radiophoniques ou télévisuelles y ont consacré un article ou leur temps d’antenne, et pourtant… Personnellement je le retiendrai comme une de mes lectures phares tant de la rentrée que de l’année en cours. Lire la suite

Share Button

« Pour honorer le souvenir… »

La mort du roi TsongorAh quel livre magnifique, et urgent à lire, aujourd’hui, alors qu’il est paru depuis plus de dix ans déjà… La question « Qu’est-ce que la guerre ? » a été au coeur de nombreux débats ces derniers mois. Jamais je n’ai reçu de réponse plus juste, plus belle, plus entière ou plus profonde que dans ce livre – hormis, peut-être, dans « Battlefield », la pièce de théâtre mise en scène par Peter Brooks et dont je vous parlerai bientôt dans ces pages. Et pourtant, il est question d’amour au départ dans ce récit. Le livre s’ouvre sur une journée de noces et sur l’intention d’une ville, d’un pays et de deux empires de célébrer et pérenniser la paix dans la joie et le bonheur. Laurent Gaudé, grand amateur de tragédies grecques, aime mettre à nu ce qui se trame dans le coeur des hommes. Naturellement il sait faire basculer tout un monde en un claquement de doigts : il confronte ses personnages à leur ego et leurs désirs… Lire la suite

Share Button

D’où vient l’exil?

Tous nos nomsJe n’ai pas bien compris ce livre. Peut-être parce qu’il fait un grand écart entre des pays et des contextes qui sont très éloignés les uns des autres, ou peut-être justement parce que trop de dualités y sont réunies… Le talent de l’écrivain est peut-être là, dans cet entre-deux trop vaste qui chercher à faire un trait d’union entre sujets qui à priori ne peuvent se comprendre. C’est un livre que je conseillerais, pour le mystère qu’il cherche à élucider, pour le grand point d’interrogation qu’il pose sur la question du déracinement, de l’exil, de la perte de repères. Lire la suite

Share Button

La marche de l’Histoire

Les PrépondérantsVoici un bien joli livre qui aurait mérité d’être le Goncourt de l’année, si à ses côtés dans la dernière sélection il n’y avait eu Boussole de Mathias Enard. Mais que cela ne nous empêche pas de le lire, car c’est une lecture délicieuse, intelligente, et en harmonie avec nos temps parce que quelque part désolante… Ce pourrait être un conte tant la narration est fluide et vivante, intime et présente à la fois, mais il s’agit en réalité de la Grande Histoire qui coule aujourd’hui sous la plume de Hédi Kaddour. Cette Grande Chose qui tel un fleuve emporte tout sur son passage et dessine l’avenir sous les marques posées par le passé. Lire la suite

Share Button

Pour sortir de soi il faut aimer quelqu’un

La confession de la lionneMia Couto est un écrivain sublime, pour bien des raisons mais ici je n’en invoquerai qu’une seule : cet homme raconte une histoire à laquelle il insuffle la force et la liberté d’en raconter une autre, tout autre. Au sortir de la lecture de ce livre nous sommes imprégnés d’une parole, d’une idée, d’un thème traité qui nulle part dans le livre n’ont été évoqués, encore moins articulés. Mia Couto n’écrit donc pas des romans mais de la poésie. Et pourtant c’est un roman que vous achèterez et lirez! Et c’est un conte intemporel et universel que vous y découvrirez…

Nous sommes à Kulumani, un village Africain. Des lions mangeurs d’hommes ravagent le lieu. Les administrations délèguent Lire la suite

Share Button

Divers faits d’une étrange Histoire

Théorie générale de l'oubliCe livre est un petit bijou. Inspiré d’un fait divers réel il se déplie comme un conte surréaliste où l’on va de surprise en surprise, pour voir surgir des personnages humains, ou animaux, les uns plus touchants que les autres mais aussi plus magiques, et plus tragiques.

Lire la suite

Share Button

Un homme mort, vivant

Englebert des collinesENGLEBERT DES COLLINES
Jean Hatzfeld
éd. Gallimard, 2014

Les livres écrits, dans le sens de bien écrit, il s’en trouve relativement peu de nos jours. Qu’ils soient de surcroît profonds et se lisent pourtant avec légèreté, voilà qui devient plus rare encore. Eh bien, c’est le cas de ce livre qui traite de rien de moins que « du Rwanda ». En un mot tout est dit et pourtant rien n’est dit car la manière dont ce thème est exploré et développé vaut le détour. Lire la suite

Share Button

J’ai le coeur à rire

Il nous faut de nouveaux nomsCe livre, premier roman d’une écrivaine originaire du Zimbabwe a conquis son public et a été retenu dans la deuxième sélection du prestigieux prix littéraire anglophone Man Booker Prize 2013. J’avoue avoir été largement séduite à mon tour par le talent de NoViolet Bulawayo. La narratrice, Darling, une enfant de 11 ans, conte ses aventures aux côtés de sa bande d’amis. Et c’est au travers de ses mots enjoués et de sa triste lucidité que nous découvrons la situation sociale, politique et économique du Zimbabwe.

Lire la suite

Share Button

Mystère indicible révélé au détour d’un conte

Notre quelque partNotre quelque part
Nii Ayikwei Parkes
éd. Zulma, 2014 (v.o. 1997)
Traduction (de l’anglais – Ghana) par Sika Fakambi

Notre quelque part se trouve au Ghana, quelque part justement dans un petit village aux mœurs ancestrales, réunissant un petit monde qui vit selon les traditions hérités de temps immémoriaux. Bonbon acidulé mêlant parler local et penser intellectuel, entrelaçant le vivre d’antan avec le vivre actuel, il perle d’une substantifique moelle. Lire la suite

Share Button

De mon monde clos j’exporte la paix

L'accordeur de silencesÀ la cérémonie de remise du Prix International Neustadt 2014, on présenta Mia Couto comme un « contrebandier passeur de mots, un Robin des Bois, qui ravit l’acception des mots pour les rendre lisibles en toutes langues, amenant des mondes à priori très éloignés à communiquer. Chacune des phrases de ses romans est en soi un poème… » Et c’est bien ainsi que j’ai reçu cet écrit. Il est tant de mots, de formules, de phrases que l’on est tenté de relever, de mettre de côté afin de les déguster ensuite à satiété qu’au final on ne peut qu’abandonner cette tâche pour se décider à conserver précieusement ce livre voué à être lu et relu, à nous nourrir chaque jour qui passe… Lire la suite

Share Button

Fatalement ils auront raison… de nous

la saison de l'ombreLA SAISON DE L’OMBRE
Léonora Miano
éd. Grasset  2013
Prix Femina 2013

La fin d’un monde, voici un thème qui était traité dans le Goncourt 2012. Il ressurgit ici dans le Femina 2013, plus accessible mais autrement dérangeant et à défaut d’être effleuré par un adepte de philosophie, il n’en sera pas moins emprunt d’une voix qui aura traversé les temps immémoriaux. Le récit parvient à nous arracher à notre quotidien dès les premières pages du livre et nous transporte dans un univers emprunt de magie et vibrant de dépaysement. Nous sommes en Afrique subsaharienne, dans un autrefois qui jadis avait existé ; Lire la suite

Share Button

Les souvenirs de ma réalité

c'est fort la franceC’EST FORT LA FRANCE!
Paule Constant
Ed. Gallimard 2013

Quel délicieux roman que cette dernière publication de Paule Constant. Comme c’est bon de lire la plume d’une romancière dans l’âme. Car qui donc pourrait nous charmer, aller jusque nous faire aimer une protagoniste parfaitement quelconque voire légèrement méprisable par moments ?!

Lire la suite

Share Button

Le chaud et le froid

The Garden of Evening MistsThe GARDEN OF EVENING MISTS
Tan Twan Eng
Éd. Canongate, 2012
Man Asian Literary Prize 2012

Écrivain malais qui partage son temps entre la Malaisie et l’Afrique du Sud, Tan Twan Eng avait écrit un premier livre en 2007 qui lui avait valu d’être candidat pour le prix littéraire Man Asie de l’année. Or voilà qu’avec ce deuxième roman il aura remporté le prestigieux prix en question. Lire la suite

Share Button