Sin City se revêt d’un parfum Argentin

L'Argent brûléL’Argent brûlé
Ricardo Piglia
éd. Zulma, 2010 (v.o. 1997)
Nouvelle traduction (de l’espagnol) par François-Michel Durazzo

L’Argentine était l’invitée du Salon du Livre de Paris cette année. Hormis Julio Cortázar et Jorge Luis Borges, nous connaissons bien peu les écrivains argentins malgré qu’ils soient assez bien représentés dans les traductions françaises. L’argent brûlé fait partie de ces livres surprenants où l’on ne sait si ce n »est davantage une culture du monde moderne que celle de l’Argentine qui prend la parole pour nous emporter dans un ailleurs surréaliste.

À la lecture de ce livre je me suis demandée si je n’étais pas en train de visionner le film Sin City ou Lire la suite

Share Button