Vivre c’est comment ?!

Les livres poignants et drôles qui savent nous raconter mille souffrances en nous faisant rire et en nous abreuvant de traits d’esprit, ça ne court pas les rues. (Et les rues sont bien peuplées !). C’est pourtant une promesse que tient Viet Thanh Nguyen. Le Sympathisant est fin, créatif, hors normes tout en nous parlant de sujets mille fois vus, mille fois lus : la guerre, le Vietnam, l’exil, la double identité. Or ici la double identité est poussée à son extrême : le narrateur est un agent double, déchiré et solide comme personne ! Ce livre a remporté bien des prix littéraires, et parmi les plus renommés… sincèrement, il le mérite. Lire la suite

Share Button

Sornettes.

Les livres qui me plaisent moyennement, je n’en parle pas dans mon blog. Et ce Lincoln in the Bardo ne m’avait pas spécialement enchanté… Mais puisqu’il a remporté le Man Booker Prize 2017, puisqu’il a charmé les critiques, et parce qu’il a effectivement des qualités irréfutables, me voici à faire son article ! Lire la suite

Share Button

On ne saura jamais…

La terre qui les sépare Hisham MatarComme c’est difficile de ranger ce livre dans une catégorie. Récit de voyage, essai philosophique, biographie, documentaire historique, promenade littéraire, autobiographie… La Terre qui les sépare est tout cela à la fois. Si c’était une musique ce serait une nocturne. Si c’était un thème, ce serait tout simplement la quête de sens, le fil du récit se traçant de manière spiralaire, se dirigeant vers un centre imaginaire impossible à atteindre. Hisham Matar est à la recherche de son père, kidnappé en 1990 en Egypte et livré aux autorités Libyennes  du régime Khadafi. Il a été incarcéré dans la prison la plus inhumaine du pays. Et puis l’on a perdu toute trace de lui. Au moment du printemps arabe, en 2011, l’auteur retourne dans son pays d’origine après 33 ans d’absence. Et puis il raconte… Lire la suite

Share Button

La Liberté est dans la démarche

Un Homme s’appartient-il ? Peut-il sortir de la servitude ? Et qu’est-ce donc être Libre ? Voilà de bien grandes questions. Pour aborder ces thèmes il suffit peut-être de se pencher sur la réalité de l’esclavage stricto sensu. D’ailleurs pour comprendre la direction que prennent les événements politiques actuels aux Etats-Unis il n’est pas inintéressant de se plonger dans le passé de ce pays, et de regarder à la loupe ce qui s’y vivait du temps des plantations de coton… C’est cela qu’a décidé de faire Colson Whitehead et grand bien l’en prit puisque sous sa plume prit naissance ainsi un livre excellent qui vient de remporter le plus beau prix littéraire américain, le National Book Award 2016 et le Prix Pulitzer 2017 dans la catégorie fiction.

Le rideau se lève en Géorgie où Cora, jeune esclave noire âgée de dix-huit ans s’échine dans une plantation de coton et s’applique à contrer les cruautés de la vie quotidienne infligées par les régisseurs et patrons, relayées par les esclaves entre eux. Céline RoussinSa mère a fui et n’a jamais été retrouvée et rapatriée, sa grand-mère, elle, était née en Afrique avant de se laisser prendre dans les filets de l’homme blanc. Jeune femme de caractère et déterminée à ne laisser personne briser son âme, elle fait une rencontre qui modifiera à jamais le cours de sa vie. Lire la suite

Share Button

Les visages de l’Amour

L'amant japonaisComme c’est bon de lire parfois un livre parfait, un écrit qui s’apparente à un classique dans sa maîtrise d’une narration et d’une structure fluides comme l’eau de la rivière qui coule paisiblement. C’est cela que nous offre Isabel Allende dans ce livre, bien différent de ceux qu’elle a écrit auparavant et qui étaient souvent axés sur le Chili. Elle nous raconte ici l’histoire d’une vie. Une vie qui embrasse celle des êtres qui lui insufflent son âme toute particulière, celle de l’Amour pur, fort, bienveillant et inconditionnel. Mais l’Amour dans ce livre est conjugué à toutes les personnes, l’ami, le frère, le mari, l’amant, le père, l’inconnu… Oui, l’Amour peut prendre de multiples visages, mais une vie d’amour n’a qu’une seule face, celle de la Beauté.

Comment vous raconter les branches de ce récit alors que c’est l’arbre et ses racines qui importent ?! Lire la suite

Share Button

Le sens de l’insensé…

il-etait-une-fois-une-start-up-amariglioNous avons là un livre sublime qui avec simplicité et poésie nous éclaire sur les prémisses de ce monde dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui. C’est ainsi que tout a commencé, me suis-je dit, régulièrement, alors que j’étais pénétrée par l’histoire contée. C’est une histoire vraie, et qui traite de l’Entreprise, des technologies de l’information, du monde financier, des capitaux investisseurs.
De jeunes diplômés d’une école d’ingénieurs se lancent dans la création d’une « start-up ». Ils sont gonflés d’idéaux, brillants dans leur domaine, dotés d’une énergie Cervantesque. Qu’adviendra-t-il de leur bébé nouveau-né, de cette société, de ces produits qu’ils vont créer, lorsqu’ils se mettront à surfer sur la vague des grands requins V.C. (« Venture Capitalists » ou capitaux investisseurs) ? Ils ne le savent pas encore. Mais nous, l’imaginons bien vite ! Eh oui, le livre se termine sur un « je ne comprends pas » du narrateur, qui est un des fondateurs de l’entreprise. Le lecteur, lui, a très bien compris. Le lecteur pourra même se dire  » je comprends maintenant pourquoi je ne comprends pas mon monde », cette ère du début du XXème siècle qui vogue dans un brouillard de monstres invisibles et laisse le premier rôle à d’autres monstres bien trop visibles mais incompréhensibles… Mais la morale de l’histoire est belle car on comprend assez vite qu’une seule chose compte : l’aventure humaine, et les amitiés qui l’embellissent, rendent les moments éprouvants dignes d’être vécus. Lire la suite

Share Button

Le labyrinthe de la vie

At night we walk in circlesIl est toujours difficile de conseiller un livre qui n’a pas pour vocation de rendre le lecteur joyeux et vibrant de légèreté. Mais puisque la vie elle-même n’a pas pour caractéristique d’être toujours rose, et parce que ce livre est excellent et son auteur incontestablement talentueux, je ne peux faire autrement que vous en parler.

Daniel Alarcón, écrivain péruvien vivant aux États-Unis est très largement connu en Amérique du Nord. Il écrit dans les journaux et magazines littéraires réputés, il a remporté bon nombre de prix et récompenses pour son oeuvre. Peu connu en France, un de ses précédents livres est pourtant publié chez Albin Michel. Celui-ci le sera donc aussi peut-être ; pour ma part je le lui souhaite. Car oui, il gagne à être lu.

Je ne tournerai pas autour du pot, c’est l’histoire d’une tragédie annoncée que nous offre « At night we walk in circles ». Le lecteur s’engage dans le récit lentement. Au bout d’une cinquantaine de pages ce même lecteur pense être au bout du conte. Nous avons compris l’histoire, tout est dit, que peut-il se passer d’autre ? Comment se fait-il qu’il reste encore plus de trois cent pages à lire ?! Lire la suite

Share Button

Le fil de la vie…

Les IntéressantsJ’ai passé l’année 2015 à désirer un livre comme celui-ci, et c’est dans les derniers jours de l’année que j’ai trouvé ce que je cherchais ! Ma formule vous amusera et vous n’y croirez que modérément peut-être, et pourtant c’est sans hésitation aucune que je vous conseille ce livre. Car en ces temps fatigants nous avons besoin de distraction. Et ce livre m’a distrait parce que j’y ai lu la vie, la simplicité de l’être humain bourré de défauts touchants. J’y ai lu l’amitié, l’amour, la parenté, les échecs, les jalousies, les responsabilités. J’y ai lu surtout des sentiments, et des relations humaines dignes de ce nom. J’y ai lu, enfin, tout cela qui se tisse dans le temps, qui se noue, se renforce et tend à se parfaire avec le temps, si tant est que l’homme sache faire preuve de constance et de loyauté.

Eh oui, vous voyez comme ce livre est révolutionnaire ! On peut y lire la profondeur et la joie mêlées, l’intelligence et la drôlerie bête entrelacées, la sagesse et la légèreté brodées d’un même fil. Lire la suite

Share Button

D’où vient l’exil?

Tous nos nomsJe n’ai pas bien compris ce livre. Peut-être parce qu’il fait un grand écart entre des pays et des contextes qui sont très éloignés les uns des autres, ou peut-être justement parce que trop de dualités y sont réunies… Le talent de l’écrivain est peut-être là, dans cet entre-deux trop vaste qui chercher à faire un trait d’union entre sujets qui à priori ne peuvent se comprendre. C’est un livre que je conseillerais, pour le mystère qu’il cherche à élucider, pour le grand point d’interrogation qu’il pose sur la question du déracinement, de l’exil, de la perte de repères. Lire la suite

Share Button

Lettie Hempstock voulait te voir…

Neil GaimanC’est agréable de lire parfois un livre qui se dévore. Je ne suis pas une grande lectrice de fantastique ni de littérature jeunesse mais cet écrit qui se place pourtant entre les deux m’a enchantée… et c’est bien un livre pour adulte dont il s’agit ! Il nous emporte ailleurs et nous imprègne d’un parfum d’évasion émouvant, puis bouleversant. Et tout ce temps le réel se cache si bien entre les lignes qu’au travers de l’histoire lue on en aura presque lu une deuxième simultanément, très humaine, et si triviale qu’elle en devient essentielle. Lire la suite

Share Button

Essentiellement invisible

La femme d'en hautPour avoir rencontré et écouté parler Claire Messud à une conférence organisée dans le cadre du Brooklyn Book Festival, j’ai été convaincue par sa sobriété mêlée de profondeur, par sa tolérance s’exprimant dans la plus grande précision. Naturellement j’ai souhaité connaître l’écrivaine et sa plume, en lisant son dernier livre, publié en 2013 et qui vient d’être traduit en français. Elle est publiée par les éditions Gallimard qui ont déjà porté trois de ses écrits auprès du public français. Je ne regrette pas un seul instant d’avoir lu ce livre. Je ne manquerai pas non plus d’en lire d’autres, à commencer par son précédent livre « Les enfants de l’empereur » qui connut un net succès. Lire la suite

Share Button

Les sommets de la perfection

L'Alpiniste

J’ai tant aimé ce livre qu’il m’a paru trop peu de lui consacrer un article aussi élogieux qu’il fût. Je vous ai donc lu une des histoires de ce recueil de nouvelles, et vous a invité à l’écouter sur ce site plusieurs mois durant. Mais je vous invite surtout à acquérir ce livre, à le lire, le relire et le chérir chez vous… Le livre est joli, son format est agréable, les illustrations faites de la main de la fille de l’auteur délicieuses… et son contenu de celles qui ravissent l’âme. Toutes les nouvelles qui composent ce recueil ont pour thème l’alpinisme. Mais il ne s’agit pas là du sport, ou de l’activité de l’alpinisme. Il est question d’art, de l’art de grimper, de l’art de vivre, de voir, de sentir et de ressentir la vie dans sa pureté et sa beauté vraies. Lire la suite

Share Button

Les coulisses du pouvoir

Lawrie Dignan3De temps en temps ressurgissent dans notre mémoire des lectures anciennes dont l’atmosphère ou le dire semble subitement résonner avec l’actualité du jour et nos pensées du moment. Je ne parle pas là des classiques, clés majeures et éternelles de compréhension du monde, non, je pense plutôt à des livres publiées il y a quelques années qui étrangement semblent avoir raconté ou exploré ce qui se produit aujourd’hui… Lire la suite

Share Button

Je n’irais pas… où je vais.

Voyageur malgré luiNi lauréat d’un des prix littéraires de la rentrée, ni même figurant sur les premières et deuxièmes sélections des jurés de ces mêmes prix foisonnants qui font la pluie et le beau temps des ventes de livre chaque année, ce roman est pourtant plus sublime et plus formidable que bon nombre de ceux sur-médiatisés que vous avez nécessairement côtoyés en cette rentrée littéraire. Il vaut la peine d’être lu, je ne pourrais dire mieux !

Lire la suite

Share Button

Grisé de réussite

Comment s'en mettre plein Mohsin HamidJe n’aurais pas imaginé qu’il fut possible d’écrire un livre si émouvant en gardant pourtant le lecteur à distance par un cérémonieux « vous »*. L’intégralité du livre est écrit à la deuxième personne du pluriel, d’un « you » anglais qui s’adresse à sa cible marketing : les lecteurs d’un manuel de développement personnel. Or il s’agit d’un manuel un peu particulier puisqu’il détaille la recette à appliquer pour escalader les échelons de la société et devenir affreusement riche, dans un pays émergeant ! Un froid détachement est employé qui s’arroge le droit de stimuler le disciple en tous points voire de lui interdire certaines émotions ; je prends pour exemple un des conseils apparaissant dès les débuts du récit : celui de rayer de la carte l’éventualité de tomber amoureux ! Lire la suite

Share Button