La place de l’Homme Grand

Viva

Je ne saurais parler de ce livre… et pourtant je vais m’efforcer d’écrire quelques mots à son sujet parce que je m’en voudrais de ne pas me consacrer à en faire l’éloge, quand bien même cet écrit serait trop grand pour la petite kimamori que je suis. Et puis surtout, ce livre contient un monde dans lequel tout un chacun devrait prendre part afin de le faire vivre encore et toujours. Plus que tout autre texte celui-ci a sa place dans ces modestes pages qui ont eu la prétention de porter le nom de kimamori, le garde de l’arbre, qui invite l’abondance des fruits d’une saison sur l’autre, d’une récolte à l’autre, d’un espace d’édition vers le suivant. Et je reprends de nouveau l’extrait de ce livre, cité dans mon préambule, dont j’aimerais rester éternellement imprégnée, « Ce qu’ils nous crient et que nous feignons souvent de ne pas entendre : c’est qu’à l’impossible chacun de nous est tenu ». Lire la suite

Share Button

L’esprit qui m’habite

The man within my headTHE MAN WITHIN MY HEAD
Pico Iyer
éd. Vintage Books, 2012

Les livres de Pico Iyer sont tant indescriptibles qu’inclassables, et plus le temps passe plus ils sont difficiles à inclure dans un genre. C’est peut-être l’identité-même de l’auteur qui fait cela. Ses parents sont d’origine indienne, il a grandi en Angleterre, évolué ensuite aux États-Unis puis il a épousé une japonaise et il séjourne depuis longtemps maintenant entre le Japon et les États-Unis. Il est donc multi-culturel ; et puis à cela s’ajoute le fait qu’il a énormément voyagé de tous temps, dans tous les continents géographiques et livresques. Il écrit donc des choses qui sont tant des essais que des récits de voyage, tant des contes initiatiques que des romans, des promenades littéraires et intérieures, documentées et travaillées à l’extérieur. Il écrit en quelque sorte le voyage de l’homme et nous transmet la saveur du proverbe chinois « le vrai voyageur ne sait pas où il va »… Lire la suite

Share Button

Les cartes de ma vie, dans le désordre

LoteríaLOTERÍA
Mario Alberto Zambrano
éd. Harper Collins,  2013

Je poursuis mes lectures de premiers romans à succès sur la scène internationale. Et voici un jeune mexicain qui s’est fait remarquer avec ce livre, illustré, ai-je envie de dire. Car j’avoue que je me suis laissée attirer par le format et les illustrations de ce livre. Tel un carnet personnel dans lequel on prendrait des notes et où l’on esquisserait des scènes marquantes de notre quotidien, ce livre fait démarrer chacun de ses chapitres par une belle image d’un jeu de cartes de la « lotería », images aussi délicieuses et intrigantes que celles d’un jeu de tarot. Le narrateur, une enfant de onze ans, à la vue de celles-ci, se remémore les épisodes de sa vie. Et c’est ainsi que l’histoire nous est contée. La structure nous rappellera un livre d’Italo Calvino! Lire la suite

Share Button

Qui dit livre dit détective…

el ultimo lector pocheEL ÚLTIMO LECTOR
David Toscana
Éd. Zulma poche, 2013 (v.o. 2005)
Traduit de l’espagnol par François-Michel Durazzo

Hormis Octavio Paz et Carlos Fuentes, connaissons-nous la littérature mexicaine – classique ou contemporaine ? Les éditions Zulma nous offrent de découvrir l’écrivain mexicain David Toscana, et, signalons à cette occasion que cette merveilleuse maison d’édition a lancé sa propre collection poche. Les couvertures typiques et aisément reconnaissables ornent cette fois les volumes de poche plus modestes et ce titre aura été un des premiers édités sous ce nouveau format. Je vais commencer par dire que j’ai aimé ; et enchaîner en disant que c’est un drôle de roman ! Lire la suite

Share Button