Transgressions et transformations

Un bon polar est en général bien plus que juste un polar. C’est souvent la retranscription d’un monde, d’un univers existant quelque part sur la planète et l’atmosphère qui l’accompagne. Avec Natsuo Kirino nous sommes dans le Japon de la bienséance et de la réussite… Si ce n’est qu’ici c’est l’envers du décor qui est dessiné. Que se passe-t-il lorsqu’on cherche à sortir de sa condition, de son statut, de sa ville natale. Fugue, adultère, séparations, où mènent-ils ? Dans ce roman savamment noir bien-sûr ! Lire la suite

Share Button

Vivre c’est comment ?!

Les livres poignants et drôles qui savent nous raconter mille souffrances en nous faisant rire et en nous abreuvant de traits d’esprit, ça ne court pas les rues. (Et les rues sont bien peuplées !). C’est pourtant une promesse que tient Viet Thanh Nguyen. Le Sympathisant est fin, créatif, hors normes tout en nous parlant de sujets mille fois vus, mille fois lus : la guerre, le Vietnam, l’exil, la double identité. Or ici la double identité est poussée à son extrême : le narrateur est un agent double, déchiré et solide comme personne ! Ce livre a remporté bien des prix littéraires, et parmi les plus renommés… sincèrement, il le mérite. Lire la suite

Share Button

Les coeurs brisés se forgent en Un

Ce livre est un pari et probablement nul autre que l’écrivaine Arundhati Roy n’aurait pu le tenir. Elle a effectivement réussi l’exploit de forger une oeuvre en assemblant mille et mille pièces qui forment la mosaïque qu’est l’Inde, pays de multiples ethnies, histoires, conflits, couleurs et saveurs… C’est une grande liste, un brouhaha, une explosion de sentiments, de récits et de personnages. Mais tout se tient. Ce tout se tient la main et c’est une grande fresque qui se construit sous nos yeux. Le lecteur est successivement surpris, enchanté, balloté, submergé, impacté puis ému, très ému… Au sortir du livre on a le sentiment d’avoir enfin compris un peu l’Inde, pris la température de ce qui s’y passe mais surtout de parvenir à mieux comprendre notre monde actuel et peut-être savoir l’aimer, peut-être même pouvoir imaginer un bel avenir à ce nous, multiple et varié, qui peuple la planète ! Lire la suite

Share Button

Le souffle de vie

Voici un livre poignant qui a remporté le Prix Giller au Canada, a fait partie des finalistes du Man Booker Prize 2016 et fait partie de la sélection du Bailey’s Women Prize 2017. Le livre s’intéresse à l’art, son étude, sa transmission. La musique et la littérature sont vues comme un langage alternatif pour dire la vie et les émotions voire les étoffer et les transcender. Mais l’histoire se déroule en Chine au XXème siècle et sous Mao Zedong dans un moment où précisément la possibilité de maintenir son art et de se préserver est menacée par la marche politique contraire… Où puise-t-on le souffle de vie ? Quand, comment peut-on le perdre, qu’est-ce qui va survivre au sortir de tout ce que l’on a sacrifié ? Les réponses à ces grandes questions sont simples, et malheureusement terrifiantes à la lecture de ce livre dont, j’avoue, la lecture a été terriblement douloureuse pour moi. Tout ce que j’aime est dans ce livre, et ce « tout ce que j’aime » est patiemment et progressivement détruit au fil du récit. Mais détruire n’est pas vaincre. Lire la suite

Share Button

La boucle parfaite

Ce livre est merveilleux et surprenant, un livre à lire assurément. Il m’est arrivé entre les mains par le plus grand des hasards et grâce au conseil avisé de notre bibliothécaire locale. Je m’empresse donc de vous en parler car il y a de grandes chances que comme moi vous n’ayez jamais entendu parlé de cet écrivain et encore moins de ce titre… Les livres de cet écrivain sont publiés au Canada et je n’ai pas été étonnée de voir que ce roman avait remporté le prix littéraire Canada-Japon en 2006. Très occidental dans ses personnages et son environnement il est empreint d’une profondeur, d’une douceur et d’une intransigeance japonaises. Denis Thériault se rangerait pour moi parmi ces rares écrivains qui ont réussi à saisir l’essence de la culture japonaise et à nous la restituer, nous lecteurs ignorants, avec une limpidité notable. Roman jovial et délicieux, qui se lit quasiment d’une traite il n’en restera pas moins gravé dans mon esprit comme un traité de décryptage de la philosophie et de la poésie japonaises.

L’histoire est simple : Bilodo, un jeune facteur canadien a une vie routinière et plutôt solitaire. La grande passion de sa vie est de lire les quelques très rares lettres à l’ancienne qui lui passent entre les mains. Lire la suite

Share Button

Les portes de demain

Exit WestQuel étrange livre… Froid, dur, brusque dans son sujet, doux, tendre, joli dans son traitement. Mohsin Hamid sait manier la chose littéraire. Il crée de la distance, terriblement, puis il nous montre comme nous sommes proches en réalité de ce très lointain. Un traité ancien de peinture chinoise disait « pour comprendre la profondeur il faut apprendre le proche et le lointain »… L’écrivain excelle dans cet art. Je l’avais déjà constaté dans le précédent livre que j’avais lu de lui « Comment s’en mettre plein les poches dans un pays d’Asie émergeant ». Là comme ici l’écriture paraît froide, l’émotion n’est jamais dite ni même évoquée Et pourtant le lecteur est dévasté arrivé en fin de lecture, submergé par la force des sentiments que le roman lui a transmis. Encore une fois il aborde un sujet d’actualité. Dans son précédent livre c’était l’ambition d’un entrepreneur et son désir de devenir riche et puissant, ici c’est la problématique des migrants en nombres croissants dans le monde et la projection pleine de noirceur et de frayeur que l’on peut s’en faire dans l’avenir.

L’écrivain déploie une approche futuriste et fantastique pour parler de la grande circulation d’êtres humains dans le monde. Dans ce livre nul besoin de moyens de transport, de frontières, de visas. On se déplace en franchissant des portes. Lire la suite

Share Button

Hors Neige !

Au temps du fleuve AmourLes éditions du Seuil ré-éditent ce livre fabuleux d’Andreï Makine paru pour la première fois en 1996. C’est très certainement un livre à avoir dans sa bibliothèque, à lire et à relire. C’est une amie (excellente et merveilleuse traductrice) qui me l’avait recommandé et m’avait permis de le découvrir en 2008, suite à quoi j’ai lu une petite dizaine de livres de cet auteur qu’on connaît bien et qui est désormais membre de l’Académie Française… Les images de ce livre me sont encore si présentes à l’esprit que j’ai le sentiment de l’avoir lu hier. Je revois les tunnels que les habitants creusent sous la neige pour pouvoir sortir de chez eux par temps de grand froid d’hiver des régions reculées de la Russie. Je revois cette bande de jeune garçons qui « rencontrent » la France en s’émerveillant des films français de la nouvelle vague et nous remettent en tête les scènes des Godards inoubliables… Lire la suite

Share Button

Tant d’encre versée

Les Vies de papier2Je suis tombée sur une citation de l’écrivain George Saunders ce matin qui disait « Dans le domaine de l’art, et d’une manière générale peut-être,  l’idée est d’être capable de se sentir à l’aise avec des choses contradictoires ». Comme dirait mon éternel livre de chevet (le Yi Jing) « l’eau et le feu ne se combattent pas ». Eh bien la beauté de ce livre, que j’ai adoré, est qu’il nous invite à cela. Comprendre qu’il faut dépasser les compréhensions basiques de la vie, de son sens, du bon, du mauvais. En l’espace de 48 heures de la vie d’une femme nous allons parcourir une série d’événements insensés, parfois grotesques, souvent drôles, tout aussi souvent tragiques et jamais nous ne pourrons juger. S’émouvoir, ressentir, rire, pleurer, oui, labelliser, non ! Parce que la vie est plus vaste. Parce qu’on ne peut pas la réduire avec des raisonnements et explications qui se tiennent rationnellement. Naturellement le récit est en même temps une promenade littéraire contenant mille références et citations. Tout est là, dit dans la littérature, de mille façons différentes ! Lire la suite

Share Button

Coup de cœur film du mois : « Lunchbox »

LunchboxLes livres posent mille images dans notre imaginaire, les films à leur tour nous baignent parfois dans une poésie au-delà des mots. Quoi de plus naturel, alors, que Kimamori fasse une revue de film, aux côté des contes qu’elle vous restitue, des poèmes qu’elle porte à votre regard ?… Ce film, Lunchbox, a croisé mon chemin parce que plusieurs amies m’en ont parlé, des lectrices qui ont peut-être la même sensibilité que moi. Car oui, à chaque occasion nous parlions de livres lus, et leur saveur nous a orienté vers Lunchbox ! En l’espace de quelques semaines on m’a recommandé quatre ou cinq fois ce même film. Alors j’ai voulu le voir, et n’ai pas déçue. Lire la suite

Share Button

Sur les traces de l’enfance

La maison où je suis mort autrefoisUn polar qui se lit d’une traite, c’est formidable, mais quand il n’y a pas d’action narrée c’est encore plus extraordinaire ! L’intrigue se déroule dans une maison, et les deux personnes qui s’y trouvent sont les seuls personnages du livre… Seulement voilà, la maison et l’esprit de nos protagonistes sont hantés par les morts qui les habitent depuis bien longtemps. Si ce roman était adapté au cinéma il aurait probablement une saveur d’épouvante. J’avoue d’ailleurs que j’ai traversé une bonne cinquantaine de pages du livre le sang glacé face au film d’horreur que mon imaginaire faisait défiler sur les murs de ma maison !!! En réalité le livre est une grande réussite littéraire et dans ma bibliothèque je le rangerais bien avec les livres de psychologie et sciences humaines. En résolvant l’énigme du récit nous explorons nos propres énigmes. Délivrés lors du dénouement nous sommes aussi bien libérés que sous le choc de la libération. Eh oui, Keigo Higashino mérite largement le Prix Polar International de Cognac remporté avec ce livre en 2010. De mon côté je vous le recommande sans hésiter. Lire la suite

Share Button

On ne saura jamais…

La terre qui les sépare Hisham MatarComme c’est difficile de ranger ce livre dans une catégorie. Récit de voyage, essai philosophique, biographie, documentaire historique, promenade littéraire, autobiographie… La Terre qui les sépare est tout cela à la fois. Si c’était une musique ce serait une nocturne. Si c’était un thème, ce serait tout simplement la quête de sens, le fil du récit se traçant de manière spiralaire, se dirigeant vers un centre imaginaire impossible à atteindre. Hisham Matar est à la recherche de son père, kidnappé en 1990 en Egypte et livré aux autorités Libyennes  du régime Khadafi. Il a été incarcéré dans la prison la plus inhumaine du pays. Et puis l’on a perdu toute trace de lui. Au moment du printemps arabe, en 2011, l’auteur retourne dans son pays d’origine après 33 ans d’absence. Et puis il raconte… Lire la suite

Share Button

La saveur des émotions

Le restaurant de l'amour retrouvéLa vie est bien riche en émotions qui elles-mêmes se déclinent en mille nuances de couleur et d’intensité. Mais lorsqu’on a perdu le goût des choses on a tout comme oublié ces déclinaisons. Et si la saveur des aliments et des mets préparés avec amour pouvait faire retrouver l’appétit de la vie ?… C’est cela que nous raconte ce livre, merveilleusement, délicieusement. A chaque page il nous expose un nouveau plaisir offert au palais. La bouche salive, l’âme s’envole, et le bonheur s’éveille. Tout cela par la grâce d’une préparation culinaire.

Louis Toffoli

Un jour, en rentrant chez elle, Rinko constate qu’elle a tout perdu : son compagnon de vie, ses économies, ses meubles, ses ustensiles de cuisine, absolument tout. Elle quitte la ville et retourne dans son village natal. Le choc causé par la perte inattendue de tout ce qui constituait sa vie lui a fait perdre la voix. Elle n’a plus rien, elle ne peut plus prononcer un mot, mais elle sait faire la cuisine… Lire la suite

Share Button

La jeunesse demande un avenir

Amos Oz JudasAmos Oz est un grand écrivain, sans conteste. Mais c’est aussi un homme sage et juste. Si l’on réunit ces deux éléments on comprend très vite que ses livres œuvrent pour l’humanité… Et c’est bien le cas de ce « Judas » qui vient d’être nominé pour le Man Booker Prize International 2017. Le livre n’est pas très rose, ni noir non plus, mais attachant et intelligent. Il raconte l’Israël des années 50 et questionne l’avenir de cet Etat. Il retrace l’Histoire et nous la rend palpable, accessible.

Un jeune homme brillant, plein d’élan, aussi sensible que gauche, aussi introverti que naïf essuie simultanément une double déception. Isabelle ViennoisSon amie le quitte pour se marier avec un autre, et ses parents rencontrent des difficultés financières qui les empêchent de continuer à soutenir financièrement leur fils. Notre jeune homme quitte donc l’Université Lire la suite

Share Button

Prendre la tangente végétale

La VégétarienneSait-on ce qui pousse à devenir végétarien ? Han Kang, écrivaine de Corée du Sud fait une projection intéressante ici sur le sujet. Elle a remporté le Man Booker Prize International 2016, un des prix littéraires anglophones les plus prestigieux avec son livre. Notons qu’elle a partagé son prix littéraire avec la traductrice de son livre en anglais, Deborah Smith. Traduite dans le monde entier, elle a voyagé jusqu’en Argentine pour rencontrer ses lecteurs, interloqués par ce récit tant dérangeant que beau, qui se lit vite mais se digère lentement. Le livre compte moins de deux cent pages. Il est organisé en trois parties ; chacune est centrée sur un personnage différent mais l’ensemble trace de façon chronologique l’aventure de Yeong-Hye, une jeune femme mariée et dans sa trentaine, qui rejette du jour au lendemain toute nourriture animale et s’efforce non pas seulement de devenir végétarienne, mais si possible de se transformer en végétal. Lire la suite

Share Button

Les visages de l’Amour

L'amant japonaisComme c’est bon de lire parfois un livre parfait, un écrit qui s’apparente à un classique dans sa maîtrise d’une narration et d’une structure fluides comme l’eau de la rivière qui coule paisiblement. C’est cela que nous offre Isabel Allende dans ce livre, bien différent de ceux qu’elle a écrit auparavant et qui étaient souvent axés sur le Chili. Elle nous raconte ici l’histoire d’une vie. Une vie qui embrasse celle des êtres qui lui insufflent son âme toute particulière, celle de l’Amour pur, fort, bienveillant et inconditionnel. Mais l’Amour dans ce livre est conjugué à toutes les personnes, l’ami, le frère, le mari, l’amant, le père, l’inconnu… Oui, l’Amour peut prendre de multiples visages, mais une vie d’amour n’a qu’une seule face, celle de la Beauté.

Comment vous raconter les branches de ce récit alors que c’est l’arbre et ses racines qui importent ?! Lire la suite

Share Button