La boucle parfaite

Ce livre est merveilleux et surprenant, un livre à lire assurément. Il m’est arrivé entre les mains par le plus grand des hasards et grâce au conseil avisé de notre bibliothécaire locale. Je m’empresse donc de vous en parler car il y a de grandes chances que comme moi vous n’ayez jamais entendu parlé de cet écrivain et encore moins de ce titre… Les livres de cet écrivain sont publiés au Canada et je n’ai pas été étonnée de voir que ce roman avait remporté le prix littéraire Canada-Japon en 2006. Très occidental dans ses personnages et son environnement il est empreint d’une profondeur, d’une douceur et d’une intransigeance japonaises. Denis Thériault se rangerait pour moi parmi ces rares écrivains qui ont réussi à saisir l’essence de la culture japonaise et à nous la restituer, nous lecteurs ignorants, avec une limpidité notable. Roman jovial et délicieux, qui se lit quasiment d’une traite il n’en restera pas moins gravé dans mon esprit comme un traité de décryptage de la philosophie et de la poésie japonaises.

L’histoire est simple : Bilodo, un jeune facteur canadien a une vie routinière et plutôt solitaire. La grande passion de sa vie est de lire les quelques très rares lettres à l’ancienne qui lui passent entre les mains. Lire la suite

Sur les traces de l’enfance

La maison où je suis mort autrefoisUn polar qui se lit d’une traite, c’est formidable, mais quand il n’y a pas d’action narrée c’est encore plus extraordinaire ! L’intrigue se déroule dans une maison, et les deux personnes qui s’y trouvent sont les seuls personnages du livre… Seulement voilà, la maison et l’esprit de nos protagonistes sont hantés par les morts qui les habitent depuis bien longtemps. Si ce roman était adapté au cinéma il aurait probablement une saveur d’épouvante. J’avoue d’ailleurs que j’ai traversé une bonne cinquantaine de pages du livre le sang glacé face au film d’horreur que mon imaginaire faisait défiler sur les murs de ma maison !!! En réalité le livre est une grande réussite littéraire et dans ma bibliothèque je le rangerais bien avec les livres de psychologie et sciences humaines. En résolvant l’énigme du récit nous explorons nos propres énigmes. Délivrés lors du dénouement nous sommes aussi bien libérés que sous le choc de la libération. Eh oui, Keigo Higashino mérite largement le Prix Polar International de Cognac remporté avec ce livre en 2010. De mon côté je vous le recommande sans hésiter. Lire la suite

La saveur des émotions

Le restaurant de l'amour retrouvéLa vie est bien riche en émotions qui elles-mêmes se déclinent en mille nuances de couleur et d’intensité. Mais lorsqu’on a perdu le goût des choses on a tout comme oublié ces déclinaisons. Et si la saveur des aliments et des mets préparés avec amour pouvait faire retrouver l’appétit de la vie ?… C’est cela que nous raconte ce livre, merveilleusement, délicieusement. A chaque page il nous expose un nouveau plaisir offert au palais. La bouche salive, l’âme s’envole, et le bonheur s’éveille. Tout cela par la grâce d’une préparation culinaire.

Louis Toffoli

Un jour, en rentrant chez elle, Rinko constate qu’elle a tout perdu : son compagnon de vie, ses économies, ses meubles, ses ustensiles de cuisine, absolument tout. Elle quitte la ville et retourne dans son village natal. Le choc causé par la perte inattendue de tout ce qui constituait sa vie lui a fait perdre la voix. Elle n’a plus rien, elle ne peut plus prononcer un mot, mais elle sait faire la cuisine… Lire la suite

Les visages de l’Amour

L'amant japonaisComme c’est bon de lire parfois un livre parfait, un écrit qui s’apparente à un classique dans sa maîtrise d’une narration et d’une structure fluides comme l’eau de la rivière qui coule paisiblement. C’est cela que nous offre Isabel Allende dans ce livre, bien différent de ceux qu’elle a écrit auparavant et qui étaient souvent axés sur le Chili. Elle nous raconte ici l’histoire d’une vie. Une vie qui embrasse celle des êtres qui lui insufflent son âme toute particulière, celle de l’Amour pur, fort, bienveillant et inconditionnel. Mais l’Amour dans ce livre est conjugué à toutes les personnes, l’ami, le frère, le mari, l’amant, le père, l’inconnu… Oui, l’Amour peut prendre de multiples visages, mais une vie d’amour n’a qu’une seule face, celle de la Beauté.

Comment vous raconter les branches de ce récit alors que c’est l’arbre et ses racines qui importent ?! Lire la suite

L’énigme générationnel

la-fleur-de-lillusionJe ne suis plus une grande lectrice de polars. Autrefois j’en ai lu bon nombre et cela m’a valu le malheur d’apprendre à dénouer les énigmes bien trop tôt dans le récit. Mais j’aime encore savourer un polar de temps à autre, pour deux raisons. D’une part car seul un bon polar sait nous offrir un reportage détaillé et photographique d’un lieu géographique, qu’il s’agisse d’une région, d’un quartier d’une grande ville ou d’une contrée peu connue. Et d’autre part parce que le polar est une étude sociologique menée de main de maître… On nous brosse donc un tableau fort réaliste et instructif cependant que nous sommes happés par l’intrigue haletante !!! Le Japon j’aime, son polar j’épouse donc. Sans compter que l’énigme ici tourne autour d’une fleur qui aurait existé autrefois dans sa teinte jaune et qui semble être réapparue dans cette couleur interdite. Aussi inoffensive que puisse paraître une fleur elle n’en cause pas moins des morts en cascade.  Lire la suite

Une boutique au coeur tendre…

la-brocante-nakanoHiromi Kawakami est un de mes écrivains contemporains préférés. Je sais qu’en me plongeant dans ses livres je vais être bercée par la douceur d’une humanité touchante et sincère. Je sais que je vais être en contact avec des sentiments délicats et des émotions révélées dans la discrétion. Et de livre en livre j’aime être gagnée toujours et encore par cette profondeur paisible dont elle sait enrober son lecteur… Un tout nouveau livre d’elle vient d’être publié dans sa traduction française que je ne manquerai pas de lire (Soudain, j’ai entendu la voix de l’eau). Mais laissez-moi vous parler d’abord de ce livre-ci, qu’elle a écrit en 2005, qui a été publié en France en 2007 et que j’ai eu le plaisir de découvrir aujourd’hui, en 2016 ! « La Brocante Nakano » se déroule dans un décor intimiste, celui de cette petite boutique qui réunit en son sein la narratrice, le patron de la boutique, sa soeur, et un quatrième personnage qui travaille aussi là. Une histoire d’amour liera les deux employés de cet antiquaire brocanteur et elle sera fidèle à la tendresse maladroite qui bat au coeur de ce magasin, loin des commerces dont nous avons l’habitude aujourd’hui… Lire la suite

« La neige efface chaque brin d’herbe »

LaSolutionEsquimauAWMoi qui aime tant la littérature japonaise, en général je suis très critique envers les écrivains occidentaux qui s’essaient à ce style bien particulier. Mais Hubert Haddad sait tout faire. Il écrit de la poésie, du théâtre, des essais, des nouvelles, des romans… Et souvent ses écrits savent dire l’Histoire merveilleusement, et même la devancer. C’était le cas dans Palestine, mais également dans Opium Poppy paru en 2011 où il racontait l’histoire de ce petit garçon paysan Afghan, au destin tragique et qui à l’époque nous éclairait sur la source des malheurs de notre monde actuel. Dans Mā il nous plonge dans l’art de la poésie japonaise, la vie d’un moine errant, et l’univers étrange qui exprime le sens de la vacuité.

Tout comme les cercles concentriques partagent un même centre, les destins d’hommes bien différents dans leurs parcours de vie peuvent tourner autour de la même essence. et ce livre trace en cercles concentriques le chemin de Shōichi qui fait miroir à celui du poète Santōka, lui-même faisant écho à celui de Bashō posant ses pas dans ceux de Saigyō, grands haïkistes de tous temps.

La marche à pied mène au paradis ; il n’y a pas d’autre moyen d’y parvenir, mais il faut marcher longtemps. Lire la suite

Les sommets de la perfection

L'Alpiniste

J’ai tant aimé ce livre qu’il m’a paru trop peu de lui consacrer un article aussi élogieux qu’il fût. Je vous ai donc lu une des histoires de ce recueil de nouvelles, et vous a invité à l’écouter sur ce site plusieurs mois durant. Mais je vous invite surtout à acquérir ce livre, à le lire, le relire et le chérir chez vous… Le livre est joli, son format est agréable, les illustrations faites de la main de la fille de l’auteur délicieuses… et son contenu de celles qui ravissent l’âme. Toutes les nouvelles qui composent ce recueil ont pour thème l’alpinisme. Mais il ne s’agit pas là du sport, ou de l’activité de l’alpinisme. Il est question d’art, de l’art de grimper, de l’art de vivre, de voir, de sentir et de ressentir la vie dans sa pureté et sa beauté vraies. Lire la suite

Prenez garde !

Ka TaExercice de style, disais-je dans mon préambule, oui, mais quelle parole s’y meut ! Céline Minard en quelque sorte scelle son engagement à l’écriture ici, quand bien même ce serait dans l’ombre d’un texte sans début ni fin, sans intrigue ni personnages, sans décor, sans couleurs. Il n’est que mouvement dans ce texte, il n’est que membres d’un corps qui s’entraîne à un art martial. Un art qui est martial parce qu’il se construit face à un adversaire invisible, qui n’est peut-être autre que nous-même. Mais cet adversaire on le vaincra par la perfection de son geste, par la minutie de son advenue au moment juste, par la maîtrise sans cesse ajustée dans la solitude de l’homme face à lui-même. Lire la suite

L’esprit qui m’habite

The man within my headTHE MAN WITHIN MY HEAD
Pico Iyer
éd. Vintage Books, 2012

Les livres de Pico Iyer sont tant indescriptibles qu’inclassables, et plus le temps passe plus ils sont difficiles à inclure dans un genre. C’est peut-être l’identité-même de l’auteur qui fait cela. Ses parents sont d’origine indienne, il a grandi en Angleterre, évolué ensuite aux États-Unis puis il a épousé une japonaise et il séjourne depuis longtemps maintenant entre le Japon et les États-Unis. Il est donc multi-culturel ; et puis à cela s’ajoute le fait qu’il a énormément voyagé de tous temps, dans tous les continents géographiques et livresques. Il écrit donc des choses qui sont tant des essais que des récits de voyage, tant des contes initiatiques que des romans, des promenades littéraires et intérieures, documentées et travaillées à l’extérieur. Il écrit en quelque sorte le voyage de l’homme et nous transmet la saveur du proverbe chinois « le vrai voyageur ne sait pas où il va »… Lire la suite

Au gré du vent, souffle une douce brise…

Chronique japonaiseChronique japonaise
Nicolas Bouvier
éd. Payot & Rivages, 1989

Difficile d’écrire sur le Japon, délicat d’écrire le Japon. Pour un occidental surtout ! Nicolas Bouvier y parvient comme nul autre n’aurait su faire. Délicatesse et humilité imbibent les mots cachés de ce récit succulent. Un roman ne nous captiverait pas plus. Lire la suite

« Le feu et la rose ne feront qu’un »

Sarinagara

Ah ! Quel merveilleux livre que ce Sarinagara… Et pourtant, il cache bien son jeu, et ce jusqu’au dernier chapitre où il dévoile enfin son dire et nous laisse succomber au charme du texte, dans son ensemble, tout en nous faisant chavirer dans une mélancolie absorbée. Mais Japon oblige ; et la brume langoureuse qui enveloppe le récit est harmonieuse avec l’opacité nippone si criante de vérité cachée !

Le narrateur se promène d’une ville japonaise à une autre cependant qu’il parcourt la vie du poète Kobayashi Issa, de l’écrivain-poète Natsume Soseki Lire la suite

Au-delà de moi-même!

la vie immobileLA VIE IMMOBILE
Natsuki Ikezawa
éd. Philippe Picquier  2001 (v.o. 1987)
Traduit du japonais par V. Brindeau et D. Palmé

Je ne connais pas le titre original de ce livre mais « La vie immobile », est un bel oxymore qui illustre merveilleusement le message des deux récits qui forment ce recueil : « La vie immobile » et « L’Homme qui revient ». Une autre forme de vie est explorée dans ce livre, celle qui se déroule en lisière de la vie collective ordinaire. Dans chacun des récits un univers technologique ou scientifique – une recherche anthropologique ou les possibilités de l’informatique, permettent aux protagonistes de franchir la barrière du réel. Lire la suite