La grande bassesse

Hanif Kureishi est un des plus grands écrivains anglais contemporains. Il n’est pour ainsi dire pas de grandes distinctions qu’il n’ait reçu à ce jour, au titre desquels celles de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres ou Commander of the Order of the British Empire. Il est écrivain, scénariste, dramaturge… Je ne pense pas que ce livre reflète les thématiques qui lui sont habituelles mais il n’y a peut-être pas d’entrée unique pour aborder son oeuvre. Et pour ma part j’y aurai mis les pieds par cet « Air de rien », de son titre original littéral « Le Rien » !

Eh oui, versons un rien de luxure, ajoutons-y un rien de manipulation, complétons en agrémentant d’un rien de trahison, saupoudrons un rien de détresse et pour l’assaisonnement final chacun selon ses goûts optera pour un rien de jalousie ou de vilenie ou d’insanité mentale. Lire la suite

Share Button

Au nom de qui ?

Il faut lire Eric Vuillard. Parce qu’il a un style propre à lui, et une écriture ciselée et précise. Dénués de lyrisme ses textes nous emportent. Récits simili-documentaires, ses écrits n’en sont pas moins poignants. Les thèmes qu’il aborde sont importants. Le regard qu’il porte sur les choses du monde touche à l’essentiel.
Voilà !

Son dernier livre, publié cette année, trace les premiers pas de ce qui allait devenir l’Allemagne nazie. Mais je me demande si le récit ne met pas en lumière les coulisses du monde moderne, en d’autres mots, la chose qui est en train d’emporter l’humanité aujourd’hui vers un avenir incertain. Lire la suite

Share Button

Les saisons à l’unisson

Je ne peux pas résister à l’envie de vous parler de ce livre même s’il n’est pas encore traduit en français – je ne doute pas qu’il le sera bientôt…. Certains livres sont si attachants que l’on a envie de les lire lentement afin de faire durer ce plaisir aussi longtemps que possible. « Autumn » fait partie de ces livres. Un seul chapitre lu par jour – et les chapitres sont courts – m’offrait cette joie qui allait me porter jusqu’au lendemain ! L’écrivaine a su donner vie à des personnages à l’humour décapant et surtout doté d’une intelligence raffinée. Le regard que l’on porte sur la vie peut être automnal ou estival mais lorsque ce regard épouse toutes les saisons pour en faire jaillir les étincelles les plus colorées, insoupçonnées par l’esprit ordinaire, la vie devient pleine.

La narratrice a eu la chance de devenir amie avec un Monsieur âgé alors qu’elle-même n’avait que onze ans. Il lui a appris à développer ce don pour percer la vie, en faire couler le suc magique. Lire la suite

Share Button

Ma part de sauvage

Ce livre a énormément fait parler de lui en Angleterre et aux États-Unis à sa sortie. En France on n’a pas su l’accueillir à sa juste valeur, et pourtant, c’est une perle de littérature et une expérience de lecture remarquable. Serait-ce parce que la chasse au vol et l’art de la fauconnerie sont moins pratiqués historiquement dans l’hexagone ? Je ne saurais le dire, mais vous recommander ce livre, cela relève bien de mes compétences !!!

Le titre du livre traduit en français est maladroit. Je reconnais que le titre original (H is for Hawk) était difficile à rendre. Car oui, H est bien la première lettre du mot « Hawk » (faucon) mais c’est aussi la première lettre du prénom de l’auteur et narrateur Helen Mcdonald. Experte depuis toujours en fauconnerie elle nous raconte dans ce livre son aventure de fauconnier avec Mabel, le faucon qu’elle accueille bébé, à qui elle va apprendre à voler, à chasser, à être ce qu’elle est : un oiseau de proie. Mais ce livre est davantage qu’un traité de l’art de la fauconnerie. Le genre littéraire anglo-saxon « Memoir » est souvent mal compris chez nous. Il s’agit d’un livre autobiographique qui n’a pas pour vocation de raconter la vie de l’auteur mais d’offrir une œuvre littéraire basée sur une expérience particulière, dans le but de nous éclairer sur un phénomène précis, un vécu humain universel. Lire la suite

Share Button

« L’intérêt de l’enfant »

L'intérêt de l'enfantLe titre original est plus explicite puisqu’il s’appelle « The Children Act », en référence à la loi qui a pour objet de défendre l’intérêt de l’enfant dans les conflits familiaux et autres cas où il revient à un magistrat de prendre la décision qui habituellement relève des parents et tuteurs. Le récit baigne dans l’univers juridique, et porte à nos yeux des décisions impossibles à prendre.  Nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre à des situations qui dépassent l’entendement, à des dénouements qui nous laissent abasourdis. Mais sommes-nous réellement attentifs, dans notre quotidien, à la chose essentielle qui se déroule sous nos yeux et qui requiert notre présence, notre disponibilité ? Je ne le sais pas. Ian McEwan ne le sait pas non plus. Mais il s’interroge… Et pour ce faire nous raconte une histoire, celle de la vie d’une femme magistrat remarquable, dévouée, intelligente et intransigeante. Et cette femme, va-t-elle s’interroger aussi? Lire la suite

Share Button

On ne saura jamais…

La terre qui les sépare Hisham MatarComme c’est difficile de ranger ce livre dans une catégorie. Récit de voyage, essai philosophique, biographie, documentaire historique, promenade littéraire, autobiographie… La Terre qui les sépare est tout cela à la fois. Si c’était une musique ce serait une nocturne. Si c’était un thème, ce serait tout simplement la quête de sens, le fil du récit se traçant de manière spiralaire, se dirigeant vers un centre imaginaire impossible à atteindre. Hisham Matar est à la recherche de son père, kidnappé en 1990 en Egypte et livré aux autorités Libyennes  du régime Khadafi. Il a été incarcéré dans la prison la plus inhumaine du pays. Et puis l’on a perdu toute trace de lui. Au moment du printemps arabe, en 2011, l’auteur retourne dans son pays d’origine après 33 ans d’absence. Et puis il raconte… Lire la suite

Share Button

Une page se tourne

Le dimanche des mères Graham SwiftEst-ce qu’une vie peut basculer en quelques heures, surtout en emportant dans son tourbillon un monde révolu ?! Et cela peut-il se produire sans que ce soit visible, sans que personne ne le réalise ?… Mais oui, c’est une « transition »! Quelque chose change dans le coeur du monde, et ce quelque chose pose son empreinte dans une vie qui elle-même va prendre une tournure différente. Graham Swift nous livre avec brio cette novella (roman bref ou nouvelle longue) où l’intrigue se déroule en une demi-journée. Mais force est de constater qu’en ce rien de temps il parvient à peindre l’évolution d’un siècle entier. Nous traversons l’époque victorienne en Angleterre, regardons ses cendres s’envoler dans la nature et apprécions l’arrivée d’une mentalité et d’un mode de vivre contemporain qui remplacera inévitablement les conventions anciennes. L’histoire, elle, parcourt les derniers heures qu’une domestique va partager avec son amant qui n’est autre que le fils du maître des lieux. Lire la suite

Share Button

L’Histoire a commencé comme ça !

Pourquoi j'ai mangé mon pèreCe n’est pas simplement l’Histoire qui a commencé comme cela, mais plus précisément l’Humanité ! Car pour comprendre ce que nous vivons aujourd’hui il est nécessaire de remonter dans le temps. Ce livre a été écrit en 1960 mais surtout il dépeint les « premiers hommes » de la préhistoire. Dans un récit hilarant Roy Lewis nous présente nos pères, nos ancêtres qui ont découvert le feu et qui l’ont propagé. Edouard, hominien de génie découvre le feu ; ses fils s’en emparent et nous laissent en héritage le monde malin que nous expérimentons en 2016 !! Lire la suite

Share Button

L’Horizon de l’oubli

Le géant enfouiKazuo Ishiguro est un incontournable dans le paysage littéraire britannique. « Les Vestiges du Jour » et « Auprès de moi toujours » sont ses deux très grandes oeuvres ; les pages de Kimamori vous ont parlé aussi de « Lumière pâle sur les collines ». Voici son tout dernier roman. Comme à son habitude il nous surprend en adoptant un nouveau genre et en excellant dans sa tâche. Lé Géant Enfoui serait fantastique, on le range aussi dans la catégorie roman gothique. Je dirais que c’est un livre, encore une fois, intemporel.

Notons que le Prix Nobel de Littérature 2017 a été décerné à Kazuo Ishiguro.

Lire la suite

Share Button

Lettie Hempstock voulait te voir…

Neil GaimanC’est agréable de lire parfois un livre qui se dévore. Je ne suis pas une grande lectrice de fantastique ni de littérature jeunesse mais cet écrit qui se place pourtant entre les deux m’a enchantée… et c’est bien un livre pour adulte dont il s’agit ! Il nous emporte ailleurs et nous imprègne d’un parfum d’évasion émouvant, puis bouleversant. Et tout ce temps le réel se cache si bien entre les lignes qu’au travers de l’histoire lue on en aura presque lu une deuxième simultanément, très humaine, et si triviale qu’elle en devient essentielle. Lire la suite

Share Button

Les coulisses du pouvoir

Lawrie Dignan3De temps en temps ressurgissent dans notre mémoire des lectures anciennes dont l’atmosphère ou le dire semble subitement résonner avec l’actualité du jour et nos pensées du moment. Je ne parle pas là des classiques, clés majeures et éternelles de compréhension du monde, non, je pense plutôt à des livres publiées il y a quelques années qui étrangement semblent avoir raconté ou exploré ce qui se produit aujourd’hui… Lire la suite

Share Button

Grisé de réussite

Comment s'en mettre plein Mohsin HamidJe n’aurais pas imaginé qu’il fut possible d’écrire un livre si émouvant en gardant pourtant le lecteur à distance par un cérémonieux « vous »*. L’intégralité du livre est écrit à la deuxième personne du pluriel, d’un « you » anglais qui s’adresse à sa cible marketing : les lecteurs d’un manuel de développement personnel. Or il s’agit d’un manuel un peu particulier puisqu’il détaille la recette à appliquer pour escalader les échelons de la société et devenir affreusement riche, dans un pays émergeant ! Un froid détachement est employé qui s’arroge le droit de stimuler le disciple en tous points voire de lui interdire certaines émotions ; je prends pour exemple un des conseils apparaissant dès les débuts du récit : celui de rayer de la carte l’éventualité de tomber amoureux ! Lire la suite

Share Button

L’esprit qui m’habite

The man within my headTHE MAN WITHIN MY HEAD
Pico Iyer
éd. Vintage Books, 2012

Les livres de Pico Iyer sont tant indescriptibles qu’inclassables, et plus le temps passe plus ils sont difficiles à inclure dans un genre. C’est peut-être l’identité-même de l’auteur qui fait cela. Ses parents sont d’origine indienne, il a grandi en Angleterre, évolué ensuite aux États-Unis puis il a épousé une japonaise et il séjourne depuis longtemps maintenant entre le Japon et les États-Unis. Il est donc multi-culturel ; et puis à cela s’ajoute le fait qu’il a énormément voyagé de tous temps, dans tous les continents géographiques et livresques. Il écrit donc des choses qui sont tant des essais que des récits de voyage, tant des contes initiatiques que des romans, des promenades littéraires et intérieures, documentées et travaillées à l’extérieur. Il écrit en quelque sorte le voyage de l’homme et nous transmet la saveur du proverbe chinois « le vrai voyageur ne sait pas où il va »… Lire la suite

Share Button

Par vagues

The SeaLA MER
John Banville
éd. Robert Laffont et 10/18,  2007 (v.o. 2005)
traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch
Man Booker Prize 2005

Robert Laffont aurait réédité ce très beau roman qui a remporté le prestigieux prix littéraire Man Booker Prize en 2005. Cette année-là le tout aussi beau « Auprès de moi toujours » de Kazuo Ishiguro faisait partie des finalistes mais ce fut l’Irlandais John Banville le lauréat. Lire la suite

Share Button

Une présence grande comme le temps et l’espace…

LA Promenade au pharePROMENADE VERS LE PHARE
(To the lighthouse)
Virginia Woolf
1ere édition 1927

Le titre en français est parfois traduit par « La promenade au phare », ou simplement « Le phare ». Que puis-je dire ? Lorsque l’on se trouve en contact avec une telle beauté, une telle excellence dans l’art de l’écriture et de l’évocation de la vie qui un instant se laisse saisir pour s’évaporer l’instant d’après et laisser place à tant d’émotion, d’interrogations, de doutes magistralement peints, on ne peut que se taire et se perdre dans de longs soupirs interminables synonymes de « Ah comme c’est beau, sublime, délicieux, magnifique… ». Lire la suite

Share Button