Une drôle de famille !

sens-dessus-dessousLes écrivaines sardes me touchent, et Milena Agus plus que toute autre… Elle écrit peut-être toujours un peu le même livre, mais si les moments de vie délicieux sont toujours aussi bienvenus dans notre quotidien, les livres savoureux le sont aussi tout autant. Alors chaque nouveau livre de Milena Agus est un événement que j’accueille avec une joie profonde. Si vous n’avez lu aucun livre d’elle, je vous conseille de commencer par « Mal de pierres« , d’ailleurs ce livre est adapté au cinéma et est à l’écran actuellement…

Et « Sens dessus dessous », que raconte-t-il ? La vie des habitants d’un immeuble à Cagliari. Le sens du bonheur, de l’amour et de la légèreté envers et contre tout ! Mais aussi l’histoire de petits êtres merveilleux qui Lire la suite

Une présence grande comme le temps et l’espace…

LA Promenade au pharePROMENADE VERS LE PHARE
(To the lighthouse)
Virginia Woolf
1ere édition 1927

Le titre en français est parfois traduit par « La promenade au phare », ou simplement « Le phare ». Que puis-je dire ? Lorsque l’on se trouve en contact avec une telle beauté, une telle excellence dans l’art de l’écriture et de l’évocation de la vie qui un instant se laisse saisir pour s’évaporer l’instant d’après et laisser place à tant d’émotion, d’interrogations, de doutes magistralement peints, on ne peut que se taire et se perdre dans de longs soupirs interminables synonymes de « Ah comme c’est beau, sublime, délicieux, magnifique… ». Lire la suite

S’égrènent les graines de la vie joyeuse

Wet Eye GlassesLA COMTESSE DE RICOTTA
Milena Agus
Éd. Liana Levi, 2012
Traduit de l’italien par Françoise Brun

Cette écrivaine sarde doit son succès à la France et aux éditions Liana Lévi qui l’ont fait connaître avec la publication de son livre « Mal de pierres », alors qu’en Italie elle était encore si peu lue. Depuis lors, Français ou Italiens, nous aimons tous la lire. Je la découvre tardivement avec ce roman bref mais formidable. Lire la suite

Un secret pour personne

Mal de pierres
La Sardaigne de Milena Agus, nous y avions goûté avec « La Comtesse de Ricotta », mais c’est peut-être par ce Mal de pierres qu’il eût fallu commencer pour apprécier l’écrivaine à sa juste valeur. Le mal de pierres confond les reins, plie en deux, rend fou et porte bien mal son nom de calculs. Celle qui en est ici atteinte ne calcule rien, elle se laisse faire, par la vie, par son talent de poétesse réprimée, par les aléas de sa petite vie plongée dans ce petit monde. Elle s’occupera de son mari, qu’elle n’aura pas choisi, de son fils qui ne lui ressemble pas et de sa petite-fille qui est la narratrice. Quelle femme se cachait donc derrière cette grand-mère aimante ? Quels secrets taisait-elle ? Quelle fantasmagorie avait-elle brodé, et pourquoi ? Nous finirons par tout savoir. De son souffle silencieux Milena Agus nous ensorcelle et nous mène à ses côtés, tranquillement, sereinement et avec grâce vers ce fatal moment de révélation finale… Voici un très joli bijou qu’il serait dommage de ne pas s’offrir.

MAL DE PIERRES
Milena Agus
Éditions Liana Levi, 2007 (v.o. 2006)
Traduit de l’italien par Dominique Vittoz