La lumière d’un feu amour…

La plume de John Baville est paisible et calme.
Elle s’apparente à une douce brise
qui nous souffle des mots secrets à l’oreille
et que nous saisissons
quelque long moment après son passage.

L’auteur de « La mer » nous revient donc avec une nouvelle merveille
qui, tout en étant aussi beau, m’a paru
un peu plus tendre,
un peu plus coloré,
un peu plus multiple.

———–

John Banville 2014LA LUMIÈRE DES ÉTOILES MORTES
(Ancient Light)
John Banville
éd. Robert Laffon, 2014

Traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch

Lorsque tout devient stupide, que la vie est assaillie d’une bêtise improbable, et que notre esprit n’arrive plus à pénètrer le sens d’une lecture, quellle qu’elle soit, eh bien on peut compter sur l’écrivain Irlandais John Banville pour être plus fort que tout cela, et pour balayer l’insensé d’un revers de main ! La profondeur est la marque de fabrique de cet auteur. Quand bien même il le désirerait, au plus profond de son âme, sa plume ne parviendrait pas à naviguer en superficie, à mon avis !…

Vous avez tous très certainement lu son « La mer » qui remporta le prestigieux prix littéraire Man Booker Prize en 2005. Lire la suite

Par vagues

The SeaLA MER
John Banville
éd. Robert Laffont et 10/18,  2007 (v.o. 2005)
traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch
Man Booker Prize 2005

Robert Laffont aurait réédité ce très beau roman qui a remporté le prestigieux prix littéraire Man Booker Prize en 2005. Cette année-là le tout aussi beau « Auprès de moi toujours » de Kazuo Ishiguro faisait partie des finalistes mais ce fut l’Irlandais John Banville le lauréat. Lire la suite