“Je ne vois pas la tisserande…”

Quelqu’un tisse de l’eau (avec des motifs d’arbres
en filigrane). Mais j’ai beau regarder,
je ne vois pas la tisserande,
ni ses mains même, qu’on voudrait toucher

Quand toute la chambre, le métier, la toile,
se sont évaporés,
on devrait discerner des pas dans la terre humide.

Buddhist novice monk Kyaw Thiha plays during heavy rainfall at Shin Ohtama Tharya monastery in Yangon

Je feuilletais un recueil de poésie de Philippe Jaccottet, Pensées sous les nuages, que l’on venait de m’offrir.
J’étais d’humeur enjouée ; je m’arrêtai devant ce poème.

Quelques heures se sont écoulées. Le poème m’accompagnait toujours. Je réalisai alors que je connaissais la tisserande! Vous la retrouverez ici

(La photo ci-dessus, très belle, vient de ce site)

 

Share Button