View Post

Manhattan Beach de Jennifer Egan

Nous avons tous lu le roman de Jennifer Egan qui lui a valu son Prix Pulitzer en 2011 (Qu’avons-nous fait de nos rêves). La voilà qui revient avec un nouveau livre, bien différent mais tout aussi bien construit. Avec une narration linéaire et une structure classique cette fois elle entreprend de nous faire revoir et revivre New York du temps …

La volonté mène au but

J’avais lu cette formule un jour : “est-ce la volonté qui mène au but, ou le but qui donne la volonté?”. Je n’ai toujours pas la réponse, mais dans ce livre la question est merveilleusement traitée. Jesus Carrasco est un jeune écrivain espagnol. Intempérie est son premier roman, traduit dans une vingtaine de langues. Son deuxième roman “La Terre que …

La lumière d’un feu amour…

Lorsque tout devient stupide, que la vie est assaillie d’une bêtise improbable, et que notre esprit n’arrive plus à pénétrer le sens d’une lecture, quellle qu’elle soit, eh bien on peut compter sur l’écrivain Irlandais John Banville pour être plus fort que tout cela, et pour balayer l’insensé d’un revers de main ! La profondeur est la marque de fabrique de …

Mise en échec de l’innocence, et sa libération

Voilà un de ces livres, rares, que j’ai envie de vous recommander chaudement. Si vous aimez les recueils de nouvelles, et surtout si vous aimez les récits où l’on vous raconte des anecdotes, de celles qui paraissent très anodines au départ, et qui s’avèrent au final contenir non seulement l’essence de la vie mais aussi la grâce de la jeunesse, …

Par vagues

Robert Laffont a réédité ce très beau roman qui a remporté le prestigieux prix littéraire Man Booker Prize en 2005. Cette année-là le tout aussi beau « Auprès de moi toujours » de Kazuo Ishiguro faisait partie des finalistes mais ce fut l’Irlandais John Banville le lauréat. Pour ma part je l’ai lu dans sa version originale et ai été subjuguée par …

Marche sans fin dévore la faim

Il est bien des écrivains nigériens contemporains à lire et à découvrir, mais on ne devrait pas passer à côté de ce récit poignant et du génie de Ben Okri qui mérite largement son prestigieux Man Booker Prize. Les premières pages peuvent paraître quelque peu étranges, mais très vite le récit m’a fait penser à une pièce de théâtre africaine …