L’artiste et ingénieur mexicain Fernando Palma Rodriguez

« Avec mes œuvres, je dis qui je suis »

En juillet 2019 j'ai visité l'exposition Prince.sse.s des villes au Palais de Tokyo à Paris. Je vous en avais parlé dans un numéro du journal de kimamori dès après y être allée. Je vous avais promis à l'époque de revenir plus en détail sur certaines œuvres, parmi les très nombreuses qui y étaient présentées.

J'avais visité cette exposition en famille. Mes neveux et nièces étaient là. Et en sortant mon neveu qui a douze ans a su nous dire immédiatement quelle avait été sa préférence parmi le travail de tous ces artistes des quatre coins du monde. L'installation de Fernando Palma Rodriguez l'avait fasciné parce qu'un circuit électrique dissimulé en son sein animait le tout. J'ai suivi toute l'installation m'a dit mon neveu. Tous les circuits, alimentés par les différents réseaux et sources mis en place alimentaient invariablement le Coyote. Personnellement je n'avais rien vu de tout cela. Mais en effet, le projet de l'artiste et ingénieur mexicain est bien de ré-animer l'âme profonde de sa terre, de sa région. Par la culture agraire, par une reconnaissance des divinités ancestrales du lieu...

Notons que Fernando Palma Rodriguez vit et travaille à Milta Alpa où il dirige une organisation dédiée à la préservation de l'agriculture du peuple nahua et de sa langue, le nahuatl. 
Ses œuvres ont été présentées au musée d'art moderne (MOMA) de New York en 2019, à la biennale d'art contemporain de Lyon et celle de Toronto la même année.
Les installations de l'artiste mexicain font toujours référence à la cosmogonie pré-hispanique. Ses chorégraphies et mises en scène surréalistes dénoncent la destruction du décor et du paysage naturel. Ingénieur de formation ses créations se composent de sculptures animées à l'aide de systèmes robotiques.

                            

L'artiste raconte que lorsqu'il a quitté son village natal (San Pedro Actopan dans les environs de la ville de Mexico), à vingt-quatre ans pour partir faire ses études, le village était propre, tout le monde se connaissait.  Maintenant ça devient comme l'Europe, dans le sens de sale et dangereux. Grâce à ma formation initiale d'ingénieur, j'ai rapidement pris conscience que l'industrie est la cause de tout cela, puis, en tant qu'artiste, j'ai pu formaliser cette réflexion, dit-il.
Et il poursuit à nous rapportant qu'en 1997, lorsqu'il a donné une conférence à la Slade School of Art de Londres et a présenté sa démarche les étudiants lui ont dit "Vous n'êtes pas un artiste, au mieux vous êtes un lanceur d'alerte. L'art ne sert pas à ça !". Et pourtant, Fernando Palma Rodriguez estime que les artistes ne devraient quasiment se consacrer qu'à faire état de ce qu'ils observent et estiment néfastes dans l'évolution de l'Homme.

          
Depuis longtemps déjà l'artiste et sa famille œuvrent pour la vie de leur région, Milta Alpa. Avec sa mère, sa sœur, son frère et d'autres bénévoles ils ont mis sur pied une association, Calpuli Tecalco qui se dédie à " la recherche sur le patrimoine culturel et naturel des cultures indigènes et à leur préservation". Ils réhabilitent et transmettent leur langue natale, le nahuatl, et invitent les populations à exploiter des terres familiales en jachère depuis des années.
Milta Alpa, auparavant, c'était la campagne. Depuis l'ère pré-hispanique les champs en terrasses étaient cultivés de manière traditionnelle. Cette activité agricole est maintenant tombée en désuétude avec l'expansion monstrueuse de la ville de Mexico nous dit-il.

À la question "est-ce une forme de permaculture?" il répond :

Oui, le maïs protège le haricot et la courgette, et puis on peut aussi planter d'autres choses, comme des piments ou des herbes aromatiques, ou d'autres légumes.
La discipline que tu acquiers en travaillant dans les champs est très différente de celle que tu intègres en travaillant dans une usine ou une entreprise. Tu apprends à travailler en prenant en compte les cycles de la vie. Il te faut connaître les cycles naturels du soleil, de la pluie, du vent ; et tout cela te rend attentif à ce qui t'environne, tu intègres le monde toi-même. La manière occidentale (actuelle) de comprendre le monde, bien au contraire, te coupe de tout cela.

                                             

Cet article s'appuie sur une interview publiée dans le catalogue de l'exposition Prince.sse.s des villes présentée au Palais de Tokyo à Paris du 21 juin au 8 septembre 2019. L'entretien a été mené par Dorothée Dupuis qui s'est rendue chez l'artiste, pour visiter son atelier, l'accompagner dans ses projets, parcourir les terrains dont il parle.
J'ai été particulièrement touchée par les mots de l'artiste « avec mes œuvres, je dis qui je suis. » Et le hasard a voulu que précisément à ce moment-là je me sois plongée dans l'oeuvre de Pier Paolo Pasolini. Plus d'un demi-siècle sépare le temps où les deux artistes se sont exprimés. Mais ils disent la même chose. Ils voient de la valeur dans les mêmes phénomènes : la culture agraire, l'éducation et les rites des peuples historiques, les langues régionales, et l'âme ou le sacré qui résidait en cela. La déshumanisation, tous deux la voient venir avec l'avènement de l'ère industrielle. Hommes du monde, penseurs et artistes sont nombreux aujourd'hui à être plongés dans cette prise de conscience et à tenter de la communiquer sous diverses formes.

Mais ceux qui me connaissent et suivent mes activités au quotidien sauront à quel point j'ai été touchée en lisant la fin de l'entretien. Fernando Palma Rodriguez nous parle du club de lecture organisé et animé par sa mère, depuis longtemps :

À la fin de cette année le club de lecture aura vingt ans. Les petits, qui sont maintenant devenus adultes, y emmènent à leur tour leurs enfants.
Nous allons réaménager certains des espaces autour de mon atelier, qui sont la propriété de ma mère, pour organiser des ateliers, des conférences etc. Cette année nous avons fait des ateliers avec des poètes Nahua, Mixtèques et Mixes. Ici, on va créer un potager, mettre des pancartes, là, un bassin avec des truites et des plantes filtrantes afin de constituer un petit écosystème. On apprendra ça aux enfants, pour qu'ils puissent faire la même chose chez eux, s'il le souhaitent.

         

Vous pourrez retrouver l'intégralité de l'entretien mené avec Fernando Palma Rodriguez dans le catalogue de l'exposition Prince.sse.s de villes, en anglais et en français. Et bien entendu vous pourrez parcourir les œuvres des autres artistes qui nous plongeaient dans ces villes aux dimensions incalculables : Dacca, Lagos, Manille, Mexico, Téhéran. Voici les quelques mots d'introduction du catalogue : Les commissaires d'exposition du Palais de Tokyo, ayant épuisé les charmes de la métropole francilienne et des villes-monde de notre continent, se sont aventurés en errance, à la rencontre de celles et ceux qui sont les princesses et les princes de ces autres villes, fascinantes et sans limites. Autant d'artistes qui créent leur propre civilisation dans la violence parfois, dans la douceur aussi, dans les marges des formes, dans le jour ou dans la nuit, dans les dance halls ou à l'abri des regards, dans le chaos ou dans la confusion. Elles et ils en font émerger un ordre, celui de la beauté, convulsive ou pas.

Pour accéder au journal de cet été qui évoquait l'exposition Prince.sse.s des villes, cliquez sur le lien suivant : numéro 42, journal de kimamori.

Et voici le catalogue (cliquez sur l'image pour obtenir plus de détail) :

Leave a Comment