Un garçon convenable, série adaptée du roman de Vikram Seth

Peut-on s'entendre ?

J'avoue que je ne suis pas très initiée dans l'art des séries, leur scenarii étant peut-être trop conçus - à mon goût - pour éveiller en nous une forme d'addiction. Mais dans ce cas précis je me suis laissée prendre au plaisir addictif, avec joie ! Car A Suitable Boy, série télévisée de la BBC, réalisée par Mina Nair et diffusée aujourd'hui sur Netflix, est une adaptation du roman de Vikram Seth, traduit en français sous le titre Un garçon convenable. Et ce roman, de quelques mille quatre cents pages, j'ai à cœur de le lire depuis longtemps. Alors en avant-goût je me suis offert la série !
C'est très beau, et tout le temps où je suivais l'histoire sur mon joli écran je cherchais à m'imaginer le texte de l'écrivain, les altérations survenues dans la mise en image. Vikram Seth est un grand écrivain. Et j'ai hâte de découvrir cette histoire poignante sous sa plume. Mais je reconnais que le rendu en série est remarquable.

Le film s'ouvre sur un mariage. Nous sommes ici dans l'Inde luxuriante des familles fortunées, de haute caste, et aux pères de famille à la fonction importante. Nous côtoierons dès cette première scène les membres de quatre familles, ainsi qu'une chanteuse sublime, que nous suivrons jusque la fin de l'histoire. Les enfants sont de jeunes gens, qui ont autour de la vingtaine. Ils sont en âge de se marier. Ils ont la vie devant eux.
Ces familles amies ne sont pas toutes de même confession. Et nous sommes aux débuts des années cinquante, au moment des premières élections législatives depuis l'indépendance du pays, quelques années après la création de l'État du Pakistan. Le décor est posé. Six épisodes durant nous allons suivre les parcours des uns et des autres. Nous nous attacherons à ces personnages si joliment incarnés, et leurs destins, leurs quêtes, leurs interrogations et certitudes résonneront en nous. L'amour, l'amitié, la famille nous sont merveilleusement contés dans A Suitable Boy. Eh oui, il faut trouver un garçon convenable pour Lata, dont la sœur aînée se marie dans cette première scène du film !

Nous sommes dans une série ici. Les personnages sont tous beaux. Les costumes sont sublimes. Le paysage filmé est époustouflant. La musique est exquise. Les couleurs et lumières sont parfaites. Pour notre plus grand plaisir. La réalisatrice Mina Nair a le don, tout en faisant du beau, de donner chair et corps à l'âme indienne et à son histoire. Nous savons qu'elle est également productrice de films destinés aux spectateurs internationaux et mettant en scène l'Inde. Jeune femme intelligente, la réalisatrice est de la même génération que les jeunes personnages de ce film. Elle est allée à l'université en Inde comme la jeune Lata dans le film. Elle a suivi son parcours aux États-Unis en intégrant Harvard, et aujourd'hui elle est résidente à New York.

     

       

Les événements narrés se déroulent dans la ville imaginaire de Brahmpour - près de Varanasi - à Calcutta et également dans les régions rurales où l'on verra se dépeindre le sens et l'évolution de la réforme impactant les propriétaires terriens. Bien entendu la série est portée par les histoires d'amour des protagonistes mais l'on sent bien que le roman dont elle est adaptée doit être très documenté et fourni d'éléments historiques, sociologiques et politiques. Les premières provocations des hindous aboutiront nécessairement dans des conflits entre hindouistes et musulmans. Et l'histoire d'amitié poignante, qui est déliée majestueusement, semble permettre à l'auteur de statuer sur le fait que les hommes et femmes de ces deux confessions étaient frères, dans leur cœur, au départ.

   

Le jeu des acteurs, vous vous en doutez, est parfait. Mais il est une chose que j'ai tant aimée, et qui m'a permis de regarder plusieurs épisodes de cinquante minutes à la suite, c'est la musique. Les compositeurs qui ont donné vie à cette bande son se nomment Alex Heffes et Anoushka Shankar. Les sonorités des instruments indiens parviennent à inscrire une subtilité et une force dans les émotions humaines en jeu dans cette histoire complexe. La passion, l'exaltation et les tragédies du destin se tiennent la main. Musique indienne, musique occidentale, classique ou moderne, tout s'entrelace et donne de l'étoffe aux multiples travers et joies que vivent et essuient les membres des quatre familles mises en avant. Au cœur de tout cela est cette chanteuse et courtisane, Saeeda Bai, à laquelle la chanteuse Kavita Seth a prêté sa voix. Et le grand joueur de sitar, Ustad Shujaat Khan, a répondu à l'appel en se joignant à eux.

Eh oui, cette grande saga qui, en quelques six épisodes de cinquante minutes, ou en quelques mille trois cent quarante neuf pages, trace avec force détails un univers multiple, nuancé et complexe, est tout comme un grand classique à côté duquel il ne faut pas passer.

A SUITABLE BOY
Adaptation du roman de Vikram Seth (Un garçon convenable)
Réalisateur : Mina Nair, Shimit Kamin
Scénario : Andrew Davies
Compositeur : Alex Heffes,  Anousha Shankar
Casting : Taniya Maniktabla, Tabu, Ishaan Khatter, Rasika Dugal, Mahira Kakkar, Ram Kapoor, Gagan Dev Riar, Vivek Gomber, Shahana Goswami, Danesh Razvi, Shubham Saraf, Aamir Bashir, Geeta Agrawal Sharma
Date de sortie : 2020
BBC - Netflix

Leave a Comment