‘The Lady and The Monk’ de Pico Iyer

Ce n’est pas souvent que le fruit du hasard nous met sur la route d’un écrit sublime, qui de surcroît n’a pas été traduit en français. Cette Dame et son Moine m’ont offert cette déconvenue appréciable ! Pico Iyer est bien peu connu en France alors que dans les pays anglo-saxons on ne connaît que lui. D’origine indienne, né en Angleterre, Pico Iyer a migré aux États-Unis où il a écrit depuis toujours pour des journaux et magazines littéraires forts réputés. Ses livres sont des essais, récits de voyage délicieusement écrits.

Ce livre-ci pourrait tout aussi bien être qualifié de conte initiatique. “La dame et le moine”, titre du livre, est le nom du conte zen qui retient ici l’attention de l’auteur. Kimamori qui aime tant les contes s’est laissée transporter par la douceur transcendante de cette plume, dès les premiers mots, dès les premières pages. L’écriture et le style sont poétiques à souhait, le regard porté sur toutes choses d’une profondeur ingénue ; l’humeur enjoué et la lucidité perturbante.

Moi qui suis fascinée par le Japon, je ne demandais pas mieux que de me laisser séduire par un récit centré sur la rencontre du narrateur avec les quatre saisons de Kyoto. Il s’agit d’une rencontre avec l’amour, l’amour du Zen et de la beauté, cet amour d’un univers très autre et qui est difficilement accessible à l’esprit occidental. Depuis cette première rencontre Pico Iyer partage son temps entre les États-Unis et le Japon ; son épouse est  japonaise. Ce livre m’a tant plu que je palpite jour et nuit du désir de le traduire, pour mon propre plaisir, afin de continuer de vivre en sa compagnie un long temps qui se compterait en années.

Inutile de vous dire que depuis la découverte de ce récit unique je lis tous les Pico Iyer, et je vous encourage à en faire de même !

THE LADY AND THE MONK
Pico Iyer
première édition 1991