Le Magicien, de Colm Toibin

« Les routes seront meilleures. On creusera plus de tunnels dans les montagnes et on aura de meilleurs ponts. Mais il n'y aura plus de cataclysme. Plus de visite des dieux. L'éternité sera bourgeoise. »

Je suis une grande lectrice de Colm Toibin. Il suffit de lire un seul - n'importe lequel - de ses écrits pour apprécier le grand écrivain qu'il est. Malheureusement en France nous ne le connaissons pas encore suffisamment. Je vous invite à découvrir son œuvre, et peut-être à commencer par ce tout dernier roman à paraître en cette rentrée littéraire 2022 dans sa traduction française. Le Magicien nous fait traverser le vingtième siècle, les deux guerres mondiales, la montée du fascisme .. et l'avènement d'un nouveau monde, celui que nous n'aimons pas tant de nos jours. Pour ce faire il nous plonge dans la vie de Thomas Mann, Prix Nobel de littérature 1929 et plus largement dans celle de la famille Mann. Excellent livre, immense histoire et saga familiale, Le Magicien est un pur délice de lecture.

Le roman s'ouvre un jour de 1891, au moment du décès du sénateur Mann, le père de Thomas Mann qui n'a alors que seize ans ; et se termine en 1950 à Los Angeles lorsque les époux Mann émigrés aux États-Unis décident de revenir s'installer en Europe. Entre ces deux dates nous verrons grandir le jeune Thomas Mann, se déterminer dans ses choix de vie et de destin. Nous le verrons s'affirmer auprès de son frère et de sa mère afin de leur imposer son devenir d'écrivain. Et nous le suivrons tout au long de sa vie d'époux et de père de six enfants. Les personnages de cette famille sont dignes des plus grands romans : plus fantasques, plus hors de l'ordinaire les uns que les autres. Surtout, nous en saurons plus sur tous les écrivains de cette famille. Car si aujourd'hui nous ne connaissons que Thomas Mann, et peut-être uniquement son roman La Montagne magique, nous serons soufflés de voir tout ce que le temps a occulté dans notre vision française de cette famille militante et lettrée. Quant à Katia Mann, l'épouse de Thomas, elle restera ancrée en nos cœurs et esprits grâce au travail de Colm Toibin qui réhabilite tout ce petit monde, avec grâce et justesse.

J'aime les livres patients. J'admire les écritures qui s'inscrivent dans l'art des grands classiques du passé. Nous n'avons plus tant l'habitude de lire des romans qui se déplient chronologiquement, prennent leur temps pour brosser une époque, dessiner les liés et délies de l'étoffe de leurs personnages. Or notre esprit de lecteur en a besoin, réclame cela à corps et à cri, pour parvenir par moments à se restructurer, s'appuyer sur des fondations solides et fiables. C'est précisément ce que déploie magistralement Le Magicien. Une saga est ici savamment construite et portée. La saga, elle, se fait le tableau d'une époque : une page se tourne, le vingtième siècle s'érige et au sein de ce tourbillon de grands changements et d'horribles tourments un couple se maintient et continue de vivre selon les grandeurs d'un temps passé, d'un ancien monde.
Mais attention, aucun des membres de cette famille, des trois générations que nous accompagnerons dans le livre, n'est enfermé dans le conventionnel. Chacun à sa manière est hors norme, et serait condamnable par les mœurs en vigueur. Thomas Mann aime les hommes dès son jeune âge, Sa fille aînée et son fils aîné, Erika et Klaus, s'amusent à jouer de rôles transgenres incestueux, Heinrich Mann, le frère aîné de Thomas est un fervent militant communiste avant l'heure .. et ainsi de suite. Et puis il y a Katia Pringsheim, épouse Mann. De père juif, ayant des relations tendancieuses avec son frère jumeau, elle sera solide comme un roc et fera front contre toute bassesse, médisance, manquement à une dignité que l'on aimerait voir plus souvent chez l'Homme. En sortant de ce livre vous aurez probablement envie, comme moi, de vous plonger dans les biographies de la vie de cette épatante Katia Mann ; mais aussi de lire les écrits du fils Mann qui très tôt, avec sa sœur Erika, perçoit et dénonce la montée du fascisme dans leur pays. Thomas Mann ne veut pas y croire, ne veut pas voir cette autre Allemagne. Il ne peut pas imaginer que ses lecteurs soient cela, puisque notre homme écrit en allemand, pour être lu par les allemands.

Comme vous venez de le deviner dans ces derniers mots, je ne vous ai rien dit du plus important dans ce roman : le tracé de l'Histoire. C'est essentiel et plus urgent que jamais peut-être de relire ce passé. Notre présent est inscrit dans ce temps précédant. Notre avenir, pour se construire mieux, ferait bien de se nourrir des apprentissages du siècle dernier. Car, comme dans ce livre, nous nous trouvons à une époque de transition, le passage d'un siècle vers un autre. 
Je vous recommande Le Magicien.
Je vous invite à lire tous les romans, nouvelles et essais du grand écrivain irlandais Colm Toibin.

LE MAGICIEN
(The Magician)
Colm Toibin
Traduit de l'anglais (Irlande) par Anna Gibson

éd. Grasset, 2022 (v.o. 2021) - parution le 24 août 2022
Lauréat Prix Rathbones Folio 2021

Les illustrations présentées sont les photographies de :
- La famille Mann (Katia, Thomas, Erika et Klaus) en 1929,
- Katia Pringsheim épouse Mann.

Cet article a été conçu et rédigé par Yassi Nasseri, fondatrice de Kimamori.

Leave a Comment