“L’intérêt de l’enfant”

Le titre original est plus explicite puisqu’il s’appelle “The Children Act”, en référence à la loi qui a pour objet de défendre l’intérêt de l’enfant dans les conflits familiaux et autres cas où il revient à un magistrat de prendre la décision qui habituellement relève des parents et tuteurs. Le récit baigne dans l’univers juridique, et porte à nos yeux des décisions impossibles à prendre.  Nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre à des situations qui dépassent l’entendement, à des dénouements qui nous laissent abasourdis. Mais sommes-nous réellement attentifs, dans notre quotidien, à la chose essentielle qui se déroule sous nos yeux et qui requiert notre présence, notre disponibilité ? Je ne le sais pas. Ian McEwan ne le sait pas non plus. Mais il s’interroge… Axelle BoslerEt pour ce faire nous raconte une histoire, celle de la vie d’une femme magistrat remarquable, dévouée, intelligente et intransigeante. Et cette femme, va-t-elle s’interroger aussi?

Le livre est écrit comme un Mrs Dalloway de Virginia Woolf. Une femme se promène dans la ville, tout comme elle se promène dans sa vie. Son mari est en train de la quitter. Elle réalise qu’ils n’ont jamais eu d’enfants parce qu’elle a donné priorité à ses ambitions professionnelles. Et voilà qu’elle est confrontée à un cas juridique avec obligation de livrer une décision immédiate. Un jeune garçon de 17 ans est hospitalisé. Il peut être aisément soigné. Mais son traitement nécessite une transfusion sanguine. Et l’enfant, et sa famille, sont issus d’une communauté de Témoins de Jéhovah. Dans ce culte on refuse les transfusions en s’appuyant sur des extraits de la Bible, de la parole de Dieu. Le magistrat va-t-il autoriser l’hôpital à outrepasser les volontés de ce jeune garçon fort intelligent, et de ses parents ?

Jean-Philippe de Loutherbourg

Elle rendra justice en invoquant “l’intérêt de l’enfant” et l’obligation de le sauver de sa religion qui dans ce cas précis va le faire mourir. Mais quelles seront les conséquences d’une telle décision ? Le sens de la vie de cet enfant s’en trouvera ébranlé. Et notre rescapé naufragé par qui pourra-t-il être sauvé cette fois ?… Y a-t-il réellement quelqu’un qui vogue c’est Emily Fdans le sens de l’intérêt de l’enfant ?

L’écrit de Ian McEwan est bref. Il est dense avec tant de cas juridiques présentés, tant de retours en arrière sur la vie de cette femme, tant de moments détaillés de son activité professionnelle au quotidien. La question que le livre nous pose ne nous apparaît qu’une fois la lecture terminée. Et pour ma part j’avoue m’être perdue dans une longue méditation solitaire, consciente qu’aucune réponse ne serait valable dans l’absolu. Comme dirait Alberto Manguel, la littérature n’est pas là pour apporter des réponses et se faire dogmatique mais pour poser des questions. Les questions sont certes posées ici, et ce sont de grandes questions sur l’Homme, ses choix, ses convictions.

Ian McEwan sait bien ficeler ses récits. Il sait rester un bon écrivain tout en traitant de questions d’actualité et en s’assurant par ailleurs une grande réussite commerciale. Notons également que le livre regorge de références musicales pour les mélomanes appréciant la musique classique.

Ce roman a été adapté au cinéma sous le titre “My Lady”. Ian McEwan étant lui-même le scénariste du film, l’histoire à l’écran reste fidèle au livre et en devient peut-être plus poignante encore que le texte écrit.

J’ai lu plus récemment un autre roman qui se pose des questions identiques. L’écriture, la construction, les personnages sont très différents et c’est une jeune plume qui s’empare du sujet, Emily Fridlund avec Une histoire des loups.

The Children ActL’INTÉRÊT DE L’ENFANT
(The Children Act)
Ian McEwan
Traduit de l’anglais par France Camus-Pichon
Ed. Gallimard 2015 (v.o. 2014)


Les illustrations présentées dans l’article sont les oeuvres de :
– Axelle Bosler
– Jean-Philippe de Loutherbourg

Leave a Comment