Un acte d’amour, de James Meek

Amour et idéologies...

Il fait bon lire un très bon livre parfois, parce qu'on nous le recommande, parce qu'il a été publié des années avant et qu'on était passé à côté. C'est grâce à notre club de lecture que ce livre m'est arrivé entre les mains. Et sincèrement, je me demande comment j'avais pu passer à côté. Il avait été sélectionné pour le grand prix littéraire anglophone Man Booker, avait remporté d'autres prix littéraires anglophones et avait touché le cœur de tant de lecteurs... Nous sommes là face à un grand roman, russe, un Tolstoï, mais avec une pincée de rocambolesque, une pointe de drôlerie, une saupoudrée de légèreté, et une tonne de grandeur. Amour, guerre et idéologies se côtoient ici, tournent parfois l'homme en risée absolue, mais révèlent aussi de très belles âmes.

Nous sommes dans un petit village de Sibérie, en Russie, à l'aube de la révolution communiste. Dans ce village, Jazyk, réside une communauté un peu particulière, et au moment des événements du livre, il est occupé par les soldats tchèques, initialement armée de l'empire austro-hongrois, enlisés depuis dans la guerre russe. C'est alors qu'arrive au village un étrange personnage. Il est talonné par les forces rouges, les combattants communistes, qui viennent prendre la ville et en finir avec les tchèques qui ont commis des actes monstrueux sur leur passage. Progressivement nous sommes amenés à mieux connaître les personnages en place. Mutz, est un juif rallié aux tchèques, âme sensible et honorable dans ses actions, il incite les soldates à un retour au pays. Le commandant Matula, à la tête des tchèques est un affreux sanguinaire, menteur et profiteur. Samarin, l'étranger venu à pied dans le village, d'on ne sait où, cache bien des choses. Balashov, commerçant intégré dans la secte locale, a lui aussi un passé secrètement gardé. Au centre de tout ce monde d'homme, Anna Petrovna gagne le cœur de tous, et agit souvent avec beaucoup de légèreté voire d'inconséquence. Elle aussi est arrivé un jour dans ce village, avec son fils très jeune, pour une raison a priori inconnue de tous...

Je ne suis pas tout à fait fidèle à la structure du roman en partant du village de Jazyk pour situer les personnages. Car voyez-vous, le récit s'ouvre sur Samarin d'un côté, sur Balashov de l'autre, et sur Anna Petrovna aussi. C'est à partir de leur passé que nous pourrons finalement comprendre leur présent, comprendre ce qu'ils sont devenus, comment et pourquoi ils agissent tel qu'ils le font. Le cœur des hommes ne change pas, dirait-on dans ce livre. Or les hommes peuvent radicalement changer. Voilà ce que nous raconte ce livre extraordinaire.

Nous savons bien que la vie nous met à l'épreuve et nous façonne au fil du temps. Les grands philosophes du passé ont dit que chacun se transforme pour devenir fondamentalement ce qu'il est. Or l'humanité est si exigeante, est si accablante. Les hommes, dans Un acte d'amour, traversent la guerre, le froid, la faim, la solitude, les déceptions terribles. Il se présente à eux des idées, de grandes idéologies, de grandes pensées, qui semblent leur offrir le salut, d'une manière ou d'une autre. Certains succombent, d'autres restent hermétiques, et quelques uns dévient puis reprennent le dessus, fidèles à eux-mêmes. La vilenie, le cannibalisme, la traîtrise, la luxure, le complot... tout cela fait partie du récit, et voir ces choses en action dans un roman merveilleusement ficelé, joliment brodé, est un bonheur.

Or je vous le disais au début de cet article, nous sommes au cœur d'un roman russe. L'écrivain James Meek est écossais mais il a séjourné longuement dans diverses régions de l'Union Soviétique puis de la Russie. L'âme russe vibre dans ce texte. Les grands personnages plus vrais que nature, tels que nous les avons connus sous la plume des auteurs classiques russes, sont bien rendus sous la plume de Meek. Et il y a un quelque chose de plus. La force du roman est dans son bon équilibre entre l'humour et la dérision d'un côté, la profondeur et les grandes causes de l'autre. Le monde contemporain se meut avec aisance dans l'histoire, par exemple avec la passion pour la photographie d'Anna Petrovna, la spiritualité issue de la nuit des temps aussi, sous diverses figures, dont un chamane Toungouze. Mais c'est l'amour, dans sa définition la plus honnête, qui nous émeut au-delà de tout. Personne n'est parfait ici, et pourtant tous les personnages présents nous touchent et nous font aimer l'être humain... envers et contre tout.

UN ACTE D'AMOUR
(The People's Act of Love)
James Meek

Traduit de l'anglais (écossais) par David Fauquemberg
éd. Métailié 2007 (v.o. 2005)

Les illustrations présentées sont les photographies de Sibérie prises par :
- Sebastiao Salgado,
- Navin Vatsa.

Share Button

Leave a Comment