Prix Booker International 2020 : finalistes

Le Prix Booker (anciennement Man Booker), créé en 1968, est un des prix littéraires anglophones les plus reconnus, et populaires, dans le monde. Son pendant international - le Booker International (anciennement Man Booker International) a vu le jour en 2006, et célèbre les romans et recueils de nouvelles écrits en langues étrangères, traduits et publiés en Angleterre. Cinquante mille Livres sterling sont remis aux heureux gagnants : ils sont partagés à parts égales entre l'écrivain et le traducteur du livre retenu.

Je suis ce prix attentivement. Mais étrangement cette année, prise dans le flot du confinement et de mon journal audio quotidien lancé en cette occasion je n'ai pas vu circuler l'annonce des finalistes ! Mais il n'est jamais trop tard pour s'y intéresser, d'autant plus que le lauréat ne sera annoncé que le 26 août 2020. Comme vous en avez l'habitude, je fais volontairement apparaître la couverture des livres retenus en anglais. Une couverture internationale a son propre charme !

Pour une rapide première analyse notons que :

  • Les 6 titres en lice comprennent 2 écrivains d'Amérique Latine, 2 écrivains d'Asie et 2 écrivains européens.
  • Les écrivains français, Michel Houellebecq et Emmanuelle Pagano, qui faisaient partie de la première sélection n'ont pas été retenus.
  • Le traducteur de l'écrivaine iranienne Shokoofeh Azar a préféré garder l'anonymat, l'écrivaine étant une réfugiée politique émigrée en Australie.
  • Deux titres parmi les finalistes ne sont pas encore disponibles dans une version française.
  • 124 romans et recueils de nouvelles avaient fait l'objet de la pré-sélection du jury pour le choix des 13 nominés et aujourd'hui 6 finalistes.
  • Le jury est constitué cette année de : (présidé par) Ted Hodgkinson du London’s Southbank Centre ; Lucie Campos, directrice du Villa Gillet,  Jennifer Croft, traductrice et écrivaine précédemment lauréate du prix ; Valeria Luiselli, écrivaine mexicaine résidant aux États-Unis et Jeet Thayil, poète, romancier, librettiste et musicien indien.

Nous allons détailler ici :

Les romans (déjà ou bientôt) disponibles dans une traduction française :
- Le roman de Tyll Ulespiègle de l'écrivain allemand Daniel Kehlmann,
- La saison des ouragans de l'écrivaine mexicaine Fernanda Melchor,
- Cristallisation secrète de l'écrivaine japonaise Yoko Ogawa,
- Qui sème le vent de l'écrivain.e néerlandais.e (they) Marieke Lucas Rijneveld.

Et les romans retenus dans la liste qui ne sont pas encore traduits en français :
- The Enlightenment of The Greengage Tree de l'écrivaine iranienne Shokoofeh Azar,
- The Adventures of China Iron de l'écrivaine argentine Gabriela Cabezón Cámara.

Romans et nouvelles disponibles dans une traduction française

(Les textes qui apparaissent en italique ci-dessous sont empruntés aux présentations des éditeurs de chacun des livres listés.)

Qui sème le vent de l'écrivain.e néerlandais.e (theyMarieke Lucas Rijneveld va paraître en français le 20 août 2020, aux éditions Buchet-Chastel, traduit par Daniel Cunin. Grande voix néerlandaise actuelle l'écrivain.e est également poète.sse, et travaille comme journalier.ère dans une ferme laitière. Le roman se situe dans un cadre rural hollandais. Un drame familial est vu par une jeune enfant de dix ans. L'écriture, d'après ce qu'il en est dit, est prodigieuse et porte le lecteur dans les sphères de la culpabilité et de l'obscurantisme. Le livre est paru en anglais sous le titre The Discomfort of Evening, publié par les éditions Faber et Faber, et traduit du flamand par Michele Huchison.

Le roman de Tyll Ulespiègle de l'écrivain allemand Daniel Kehlmann, paru chez Actes Sud en février 2020 a été traduit en français par Juliette Aubert. Avec cette fresque historique géniale et décalée, Daniel Kehlmann réinvente la légende de Till l’Espiègle, figure insolite de la culture européenne, et nous plonge au cœur de la guerre de Trente Ans (1618-1648). Le livre est paru en anglais sous le titre Tyll, publié par les éditions Quercus et a été traduit par Ross Benjamin. Rappelons que le roman Les arpenteurs du monde de l'écrivain, paru en français en 2007, avait été très acclamé et traduit en 40 langues.

La saison des ouragans de l'écrivaine et journaliste mexicaine Fernanda Melchor est paru en français en mars 2019, aux éditions Grasset, traduit de l'espagnol par l'écrivaine argentine Laura Alcoba. Grâce à cette intrigue policière à rebours, Fernanda Melchor dresse un formidable portrait du Mexique et de ses démons. Sa langue est crue, musicale, elle retranscrit la brutalité avec beaucoup de talent. Il s’agit d’un livre sur les pulsions et la violence mais également sur l’une des figures du féminisme – souvent fantasmée, toujours persécutée –, qu’on a cherché à abattre depuis la nuit des temps  : la sorcière. Le livre est paru en anglais sous le titre Hurricane Season, publié par les éditions Fitzcarraldo, et a été traduit par Sophie Hughes.

Cristallisation secrète de Yoko Ogawa est paru en français en 2009 aux éditions Actes Sud, traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle.  Un magnifique roman, angoissant, kafkaïen. Une subtile métaphore des régimes totalitaires, à travers laquelle Yoko Ogawa explore les ravages de la peur et ceux de l’insidieux phénomène d’effacement des images, des souvenirs, qui peut conduire à accepter le pire.  Le livre est paru en anglais sous le titre The Memory Police, publié par les éditions Harvill Secker, et traduit du japonais vers l'anglais par Stephen Snyder.

Romans non encore traduits en français

Image
Image

The Enlightenment of The Greengage Tree de l'écrivaine iranienne Shokoofeh Azar opte pour un univers de réalisme magique afin de raconter l'histoire d'une famille frappée par la révolution islamique iranienne de 1979. L'esprit d'une petite fille fait office de narrateur. Imaginaire et talents de conteurs d'histoire se mêlent pour souligner la fracture entre une civilisation et une culture ancestrale avec une réalité politique étouffante. Le roman a été publié par les éditions Europa Editions. Le traducteur qui a porté le texte du persan vers l'anglais a souhaité garder l'anonymat.

The Adventures of China Iron de l'écrivaine l'écrivaine, intellectuele, féministe argentine très reconnue dans son pays Gabriela Cabezón Cámara se déroule dans la pampa argentine en 1872. Au travers des aventures de sa protagoniste l'écrivaine revisite l'épopée ancestrale du gaucho. La faune et la flore, les cultures et langues traditionnelles sont confrontés aux méfaits du progrès et de la violence qu'il engendre. Le roman a été publié en anglais par les éditions Charco Press, traduit de l'espagnol vers l'anglais par Iona Macintyre et Fiona Mackintosh. Notons que d'autres titres de l'écrivaine ont été traduits en français dans le passé.

Prochaines étapes et liens

Le jury révélera le nom des lauréats (écrivain et traducteur du livre retenu) le 26 août 2020.

Vous trouverez l'article de Kimamori présentant l'ensemble des nominés 2020 en cliquant ici.

Leave a Comment