Collection La nonpareille des éditions La Table Ronde

Lectures d'été et délices pour toute l'année !

Vous avez l'habitude de lire mes chroniques de romans ou de recueils de nouvelles. Aujourd'hui je vais vous parler d'une collection, imaginée et publiée par la maison d'édition La Table Ronde. Cette jolie collection compte déjà cinq titres et porte un nom charmant, La nonpareille ! Comme son nom l'indique vous n'en connaissez pas d'autre qui lui ressemble. Son format est agréable à tenir en main, ses couvertures, son feuillage, sont délicieux. Et surtout, ces petits livres nous offrent de rencontrer de très beaux écrivains à petits frais. Si l'on succombe, on se jettera ensuite sur les derniers romans écrits par l'auteur en question. Chaque livre comporte une nouvelle, inédite en France. Et pour les avoir toutes lues, je peux vous dire qu'elles sont succulentes. La nouvelle est fort bien choisie à chaque fois : elle nous donne une excellente idée du style et de l'atmosphère propres à l'écrivain.

Prenons l'exemple d'Alice McDermott. C'est une écrivaine de renom dans le monde anglophone. Elle a remporté le Prix Femina étranger, en 2018, avec son dernier roman. J'avais lu tant de belles critiques anglophones de ses œuvres que j'avais le désir de m'y intéresser de plus près, me plonger dans un de ses romans. Mais voilà, j'ai toujours tant de livres à lire, tant d'écrivains à découvrir... C'est alors que j'ai eu la chance d'avoir sa nouvelle Jamais assez entre les mains, publiée dans la série La nonpareille. Je me suis délectée. Et j'ai compris le propos des critiques littéraires, la concernant. On louait son talent pour savoir donner de l'épaisseur à des personnages a priori ordinaires. On faisait son éloge pour savoir donner vie à une histoire humaine, délicate et romanesque en partant de bien peu de chose.  Écrivaine et professeur d'université américaine-irlandaise, Alice McDermott a remporté bien des prix littéraires nord-américains prestigieux. Et je sais maintenant que je vais me fondre dans son oeuvre, à commencer par ses deux derniers romans publiés. (Vous trouverez une critique de La neuvième heure, très bientôt, dans ces pages.)

Il en va de même des autres auteurs parus dans la collection La nonpareille. Sylvia Plath, Richard Russo, Emma Cline, Eduardo Halfon. Tous gagnent à être connus. Tous méritent absolument qu'on les lise. Mais est-on sûr que leurs écrits nous plairont ? Après avoir lu une de ces nouvelles, on sait. On identifie ses préférences et l'on explore plus avant les écrits de l'écrivain qui nous a subjugué.

Notons que les auteurs anglo-saxons ont l'habitude d'écrire des nouvelles qui sont publiées dans les revues et magazines littéraires de renom, dont nous n'avons pas l'équivalent en France. Ce sont des écrits de grande qualité. Et c'est ce niveau de texte que l'on retrouve dans la collection La nonpareille. Chaque livre a sa propre saveur, son univers, son contexte. Et l'on ne se lasse pas de cette variété. Le prix de ces publications est plus qu'abordable, allant de 4 à 9 euros selon la longueur du texte. C'est un plaisir de les collectionner dans sa bibliothèque, et puisque nous entamons la saison estivale, je pense que vous trouverez là des lectures rêvées pour la plage : c'est léger, fin, exquis !

Je vous invite à cliquer sur l'image ci-dessous pour vous rendre sur la page de l'éditeur et parcourir chacune des publications de La non pareille :

Comments

  1. Très belle idée de l’éditeur pour découvrir un auteur.
    Personnellement j’adore les nouvelles
    BN

Leave a Comment