Fair Play, de Tove Jansson

Dans l'intensité du moment !

L'année dernière, à la même époque que maintenant, dans les premiers jours du printemps, je déambulais dans la grande librairie japonaise Kinokuniya à Dubaï. Et un livre m'a littéralement attrapé la main. C'est moi que tu cherches, me disait-il. En grande amoureuse des livres et des librairies je me fie à ces intuitions fortes alors je me suis laissé tenter ! C'était un roman de Tove Jansson (1914-2001). Dans le même rayon on trouvait l'intégralité des romans et nouvelles de l'écrivaine finlandaise, que je découvrais, ré-éditée en anglais par l'éditeur Sort of Books. Elle est devenue un des mes auteurs fétiches. Et depuis je me dis que ce serait formidable qu'un éditeur francophone ré-édite ces livres. Voilà chose faite pour Fair-Play. Un grand merci à la maison d'édition québécoise La Peuplade. Je recommande ce livre et tous les autres romans et recueils de nouvelles de Tove Jansson sans hésiter un seul instant.

Écrivaine, peintre, illustratrice, Tove Jansson était une artiste absolue. On la connaît surtout pour ses livres illustres de la série Les Moumines. Elle gagne à être connue pour ses récits. Fair-Play nous porte dans le quotidien de deux femmes. Elles sont artistes, elles sont grandes amies, et surtout elles sont d'une liberté d'esprit farouche. Leur vie est faite d'un tas de petits riens, mais tout s'inscrit dans l'intense. Chaque instant vécu est dédié pleinement à la vie et à l'art. Elles sont intransigeantes, elles sont drôles. Elles peuvent être pénibles et c'est là tout leur charme. Aucune question n'est dérisoire, aucune tâche n'est dénuée d'intérêt. Et le livre, du début à la fin restitue des instantanés, des photographies et des vidéos de leur vie. Parfois elles sont dans leurs appartements, parfois en séjour dans une cabane sur leur îlot et parfois elles sont en voyage. Nous les suivons avec joie et avec plaisir. Chaque chapitre pourrait être un livre en lui-même. Et chaque chapitre pourrait clore le livre. Mais l'on est content que ça continue. Et une fois le livre terminé, on peut le relire...

Ce que je vous dis de ce texte peut paraître très anodin. Alors j'ajouterais que la chose passionnante dans les textes de Tove Jansson est son regard sur la vie. La chose marquante dans ses textes est le ton employé. J'adore les dialogues, je craque pour l'intégrité des personnages. Aucune concession n'est faite. Et pourtant le geste d'amour, d'acceptation et de compréhension de l'autre est là. Ce qui est contradictoire cohabite, et en très bonne harmonie de surcroît.

Mais ce que j'aime aussi dans les textes de Tove Jansson, est la relation, au quotidien, à la nature et aux tâches simples. Tout devient extraordinaire et important sous sa plume. Le projet de faire un film de vacances ou celui d'amarrer le bateau est tout autant essentiel que de peindre un tableau ou d'écrire une nouvelle. C'est ce que font les deux protagonistes de Fair-Play, Jonna et Mari. C'est en cela peut-être que le livre est intemporel, et que l'on peut le classifier dans la catégorie des classiques de la littérature. L'œuvre de Tove Jansson est de celles dont on ne peut se lasser. On s'en délecte. On a une petite préférence pour tel ou tel chapitre. On vibre sur tel moment fort. Et l'on sait que l'on peut y revenir à tout moment et retrouver la même joie simple dans une seule phrase, une seule réplique, une seule image.

Je vous recommande également les deux précédents Tove Jansson que j'ai lus : Le Livre d'un été et L'honnête tricheuse.

FAIR-PLAY
Tove Jansson
Traduit du suédois par Agneta Segol
éd. La Peuplade 2019 (v.o. 1989)

La peinture présentée en haut de l'article est un auto-portrait de Tove Jansson. L'illustration présentée est un dessin des Moumines réalisée par l'artiste.

Vous pouvez consulter le site internet de la maison d'édition La Peuplade en cliquant ici.

Share Button

Leave a Comment