Le restaurant de l’amour retrouvé, d’Ito Ogawa

Louis ToffoliLa vie est bien riche en émotions qui elles-mêmes se déclinent en mille nuances de couleur et d’intensité. Mais lorsqu’on a perdu le goût des choses on a tout comme oublié ces déclinaisons. Et si la saveur des aliments et des mets préparés avec amour pouvait faire retrouver l’appétit de la vie ?… C’est cela que nous raconte ce livre, merveilleusement, délicieusement. A chaque page il nous expose un nouveau plaisir offert au palais. La bouche salive, l’âme s’envole, et le bonheur s’éveille. Tout cela par la grâce d’une préparation culinaire.

Un jour, en rentrant chez elle, Rinko constate qu’elle a tout perdu : son compagnon de vie, ses économies, ses meubles, ses ustensiles de cuisine, absolument tout. Elle quitte la ville et retourne dans son village natal. Le choc causé par la perte inattendue de tout ce qui constituait sa vie lui a fait perdre la voix. Elle n’a plus rien, elle ne peut plus prononcer un mot, mais elle sait faire la cuisine…

Sa grand-mère lui a transmis cet art, elle a travaillé dans un restaurant français, un restaurant turc, un restaurant bio, un restaurant italien… C’est une artiste de la cuisine. Elle décide d’ouvrir un restaurant et vivre de son art. Ce faisant elle va donner vie et rendre heureux tous ceux qui viendront à sa rencontre, à la rencontre de son talent culinaire.

L’histoire est simple ; ce qui  rend le livre magnifique est la description de tous ces ingrédients qu’elle déniche, qu’elle réunit et métamorphose. Un nouveau miracle se produit à chaque page. Et petit à petit nous découvrons aussi son histoire personnelle, celle de sa mère, leurs secrets enfouis depuis si longtemps dans le grenier abandonné de leur maison commune…

Oui, je vous recommande ce livre. Sa lecture est tendre, riche d’émotion et émouvante. Elle nous offre une compréhension de la vie qui nous aura échappée jusque là. Et j’ai été ravie de me laisser cajoler par la force de la créativité qui est mise en image, en parfum, en saveur, patiemment, inlassablement. Je l’ai dégusté, lentement, longuement.

LE RESTAURANT DE L’AMOUR RETROUVÉ
Ito Ogawa
Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
Editions Philippe Piquier 2013, sortie poche 2015 (v.o. 2008)

 

Les illustrations présentées dans cet article sont de :
– Louis Toffoli
– Leon Zernitsky

Share Button

Leave a Comment