National Book Award et Scotiabank Giller Prize 2018

Voici deux grands prix anglophones que je suis attentivement. Le National Book Award américain est le prix littéraire prestigieux des Etats-Unis qui m'intéresse le plus, et le Scotiabank Giller Prize est le prix canadien tant prestigieux que généreux dans sa récompense financière qui m'attire dans le choix de ses finalistes et lauréats. Ils sont annoncés à une semaine d'intervalle. Les heureux gagnants sont détaillés ci-dessous.

Le National Book Award a récompensé cinq écrivains parmi les finalistes des catégories roman, essai, poésie, roman traduit et littérature jeunesse.

  • Sigrid Nunez, que nous voyons sur cette photo pour The Friend (Riverhead) en roman,
  • Jeffrey C. Stewart pour The New Negro : The Life of Alain Locke (Oxford University Press) en essai,
  • Justin Phillip Reed pour Indecency (Coffee House Press) en poésie,
  • Yoko Tawada et sa traductrice Margaret Mitsutani pour The Emissary (New Directions Publishing) en roman traduit,
  • Elizabeth Acevedo pour The Poet X (Harperteen) en littérature jeunesse.

Aucun de ces livres n'est traduit en français pour le moment. D'autres textes de Yoko Tawada, qui écrit aussi bien en allemand qu'en japonais, sont disponibles en français chez les éditions Verdier. Sigrid Nunez a été traduite en français par les éditions Rue Fromentin. Son roman "The Friend" met en scène une femme afligée par le décès d'un ami de longue date qui fut également son mentor. Elle hérite du vieux chien de son ami et ils traverseront ensemble ce deuil au fil de périples inattendus.
Rappelons que "Désorientale" de Négar Djavadi, publié par les éditions Liana Lévi était finaliste de ce prix dans la catégorie roman étranger.
Notons aussi que la catégorie roman traduit paraît pour la première fois, l'accent étant mis autant sur le texte en lui-même que sur la qualité de la traduction.
Je vous invite à écouter Sigrid Nunez à la cérémonie officielle. Après quelques mots de remerciements elle rappelle l'essence et la magie de la lecture et de l'écriture.

Image

Prix littéraire relativement récent, le Scotiabank Giller Prize a été fondé en 1994. Le lauréat reçoit cent mille dollars et chacun des finalistes dix mille dollars. J'avais adoré le lauréat 2016 qui étonnement ne semble pas encore traduit en français. Cette année c'est Esi Edugyan qui est récompensée pour son roman "Washington Black" (HarperCollins). Elle avait été finaliste du Man Booker. L'écrivaine avait remporté ce prix en 2011 pour son roman "Half-Blood Blues" (paru aux éditions Liana Lévi sous le titre "3 minutes 33 secondes", également finaliste Man Booker Prize cette année-là.) "Washington Black" va également être traduit en français et paraître chez Liana Lévi, en avril 2019.

Voici l'ensemble des finalistes 2018 :

Image

Les autres prix littéraires anglophones que je suis attentivement avaient fait l'objet d'un précédent article. Il vous présentait les lauréats des prix Man Booker, Dublin Literary et Pulitzer 2018.

Scotiabank Giller Prize 2018

Share Button

Leave a Comment