Océan, une plongée insolite au Jardin des plantes à Paris

« Voyage au cœur d'une biodiversité originale »

Au début de l'été j'ai passé quelques jours à Paris. Comme à mon habitude j'en ai profité pour vivre et découvrir les expositions en cours à ce moment-là. Or je n'étais pas seule : je retrouvais à Paris mes sœurs, neveux, nièces. Nous avons donc déambulé dans les musées ensemble. Le plus jeune d'entre nous, mon neveu, a douze ans. Du haut de sa jeune douzaine il nous a fixé de ses grands yeux, le troisième jour du séjour, et nous a dit qu'il avait bien voulu s'intéresser à nos sujets de prédilection jusque là mais il estimait que l'on pouvait aussi s'intéresser à ses sujets de prédilection. Impossible d'ignorer sa requête. Aussi bien nous avons cherché parmi les événements de la capitale ce qui pourrait lui plaire. Il aime le monde sous-marin. Au Jardin des plantes et Muséum national d'Histoire naturelle, une exposition était proposée sous le titre : Océan, une plongée insolite ! L'exposition est programmée du 3 avril 2019 au 5 janvier 2020. Je vous invite à y aller. Et si vous qui me lisez êtes des adultes, essayez de vous y rendre avec des enfants et adolescents de votre entourage, la visite n'en sera que plus délicieuse.

Image

Cette exposition pourra plaire à tous, petits ou grands. Si l'on a l'esprit scientifique et que l'on aime la biologie on aura mille petites choses à apprendre. Si l'on est littéraire et fasciné par les contes et légendes, comme c'est mon cas, on sera également bien servi puisqu'un espace est réservé au sujet. Si l'on est aventurier et en quête d'explorations multiples et variées, là encore on aura de quoi s'étonner et s'extasier. Et puis les supports visuels, les tables ludiques, les jeux éducatifs et les échantillons présentés offrent des points d'entrée différents pour attirer toutes les structures d'esprit. Par exemple, au lieu d'afficher un cartel qui explique par un texte le chaîne alimentaire de l'océan, une grande table graphique aux images virtuelles nous propose d'inventorier par nous-mêmes cette chaîne. Une explication apparaît à chaque erreur de notre part et détaille le propos. J'ai appris à cette occasion que les crabes étaient les vautours (ou les fourmis) de la mer. Ils arrivent en fin de cycle et se nourrissent des restes des animaux tués et mangés en partie par leurs prédateurs !

De la même manière, après nous avoir raconté les explorations historiques et successives qui ont permis à l'homme d'approcher le monde sous-marin - à base de vidéos d'époque, de photos et d'esquisses - un jeu est proposé : un capitaine et son équipe scientifique mènent une exploration et manient leur sous-marin... manettes et tableau de bord les mettent en situation et les invitent à prendre des décisions critiques ! Mon neveu a ainsi piloté l'engin avec à ses côtés une jeune fille de dix ans, calme et concentrée, portant la casquette du scientifique de l'expédition. Étaient-ils en train de simuler de futures activités de pilote et de chercheuse scientifique qu'ils mèneront plus tard ?... Car, nous adultes, par trop conceptuelles, n'avions osé nous installer à leur place et ne faisions qu'admirer leur aisance.

   

Les salles se succédaient, chacune vaste, chacune merveilleusement aménagée et agencée, chacune revêtue de son coloris. Un grand thème était traité dans chaque salle. On passait du temps dans une pièce où l'on nous présentait les grands fonds et les eaux glaciales de l'océan Austral, puis l'on était parachuté dans l'univers des molécules où une projection interactive nous racontait l'histoire de cinq molécules qui ont révolutionné la biologie et la recherche médicale.

Les parcours étaient multiples. Les supports étaient riches. Et puis, j'ai été interloquée par l'effort réalisé pour offrir une exposition intégralement bilingue. Tous les écriteaux, tous les jeux, toutes les tables et vidéos et documentaires et cartels présentés étaient en français et en anglais. Cela peut vous paraître ridicule mais en l'occurrence mon neveu qui réside aux États-Unis est plus à l'aise en anglais qu'en français. Il a lu les explications en anglais, tout en nous parlant en français. Il était plongé dans son monde, l'univers marin, détaillé dans la langue qui lui est confortable.

                                   

Dans ces pages je vous parle en général de livres, de films, d'expositions qui sont poétiques, littéraires, artistiques. J'ai souhaité vous parler de cette découverte au Muséum national d'Histoire naturelle car j'ai trouvé de la poésie dans ce parcours. Mais c'est également pour vous inviter à penser plus souvent au Jardin des plantes et à tous les événements qui y sont proposés, ou simplement pour découvrir toutes les plantes qui s'y trouvent et qui y sont protégées. C'est un lieu d'exception que j'ai appris à connaître adolescente. Je n'y étais pas retournée depuis belle lurette. La curiosité mène au ravissement. Curieuse de vivre une exposition accompagnée d'un regard d'enfant, bientôt adolescent, j'ai été amplement récompensée et enrichie de la visite. Ce sont donc pour toutes ces raisons que je vous invite à découvrir ce lieu et cette exposition, si possible lors d'une sortie intergénérationnelle.

Pour finir, je vous rapporte ici la remarque de ma nièce, qui a dix-sept ans, car il faut bien un hiatus à tout éloge. L'exposition l'a intéressée et elle l'a trouvée bien présentée, joliment structurée néanmoins elle aurait aimé qu'elle donne davantage d'éléments scientifiques et d'actualité pour sensibiliser les visiteurs aux conséquences déplorables des dérèglements climatiques et pollutions diverses sur cet univers sous-marin et ses habitants.

L'exposition Océan, une plongée insolite se tient dans la Grande Galerie de l'Évolution, au Jardin des plantes à Paris, du 3 avril 2019 au 5 janvier 2020.
Vous pourrez vous rendre sur le site officiel du musée qui présente joliment l'exposition en cliquant ici.

Notons que la boutique de ce musée est formidable et qu'un catalogue a été édité autour de cette exposition.

Leave a Comment