View Post

La vie invisible d’Euridice Gusmao, de Karim Aïnouz

Parfois un film, un livre, une expo nous attirent sans que l’on sache pourquoi. Ce fut le cas pour moi avec La vie invisible d’Eurídice Gusmão. Je n’ai pas vu la bande annoncé, je n’avais pas lu ni entendu les critiques… je ne savais rien de ce film et pourtant j’ai su immédiatement que je voulais le voir, absolument. Je …

View Post

Talking About Trees, de Suhaib Gasmelbari

Cette citation est extraite du poème de Bertold Brecht, À ceux qui naîtront après nous. Le nom de ce film est extrait de ces vers. Je vous dis cela dès les premiers mots de ma chronique mais dans le film il se passe un long moment avant que ces vers soient évoqués. Aussi, on nous laisse croire en une douce …

View Post

La llorona, de Jayro Bustamente

Les premières scènes du film sont énigmatiques. On assiste à une réunion où les hommes décident de maintenir leur position avec courage, et les femmes qui sont rassemblées dans une autre pièce invoquent le ciel pour leur venir en aide. Très vite on saura qu’un procès est en train de se dérouler et nous assisterons au verdict. Le général Monteverde …

View Post

It Must Be Heaven, d’Elia Suleiman

Le projet de ce film est de nous donner à voir le projet de ce film ! Oui, vous avez bien lu, je me répète, et ce pour parler d’un film qui a décidé de ne rien dire, tout du moins ne rien dire par les dialogues. Un film qui parle de la Palestine sans parler de la Palestine, qui …

View Post

La Cordillère des songes, de Patricio Guzmán

J’ai eu la chance inouïe cette année de voir des documentaires qui sont de grands films. La cordillère des songes, récit poétique qui trace l’aventure humaine des cinq dernières décennies m’accompagnera longtemps. Je l’ai vu hier soir et déjà j’attends impatiemment qu’il sorte dans d’autres formats pour que je puisse le visionner mille fois, à ma guise, chez moi. Mais …

View Post

Séjour dans les monts Fuchun, de Gu Xiaogang

Je vous parle de ce film parce que je l’ai trouvé magnifique. A l’heure où j’écris cet article il n’est pas encore sorti en salle, et vous ne pourrez le voir avant quelques mois. Mais ceux d’entre vous qui comme moi ont vécu la Semaine de la Critique du Festival de Cannes seront d’accord pour dire que Séjour dans les …

View Post

Jérôme Ferrari, une vie après le Goncourt, film documentaire de Sébastien Bonifay

J’étais à Ajaccio jeudi dernier, et bien entendu j’en ai profité pour assister à l’avant-première de ce film documentaire.
La question posée ici est importante. À quoi ressemble une vie après le Goncourt ? On sait bien qu’un grand prix, qu’il soit national ou international, projette l’écrivain sous les feux de la rampe, et peut le perturber. Mais cela dépend peut-être de l’écrivain en question, de ce dont sa vie est constituée. Nous accompagnons Jérôme Ferrari dans son quotidien ici, d’écrivain, d’enseignant, de figure publique, d’ami, et d’intellectuel. La question posée au départ devient alors dérisoire tant les propos de l’homme et de l’enseignant sont envoûtants.

View Post

Sélection de films ACid du festival de Cannes 2019

La première raison pour laquelle cette soirée a été une réussite est probablement l’harmonie manifeste des thèmes traités, aussi bien dans le documentaire Kongo que le film Vif-Argent. Dans le deux cas le spectateur était transporté dans un entre-deux. L’entre deux mondes, celui du visible et de l’invisible, avait pour porte-parole un personnage, réel au Congo et fictif à Paris. …

View Post

So Long, My Son, de Wang Xiaoshuai

Cela fait peur d’aller voir un film qui dure trois heures. On se demande si on ne va pas s’ennuyer, s’endormir, s’exaspérer de la longueur. Mais un film qui vous transporte trois heures durant, c’est encore plus fort et plus beau qu’un film plus court ! So Long, My Son trace l’histoire de deux familles. Une trentaine d’années de la …

View Post

Once upon a time in Hollywood, de Quentin Tarantino

Un nouveau Tarantino est sorti. Et tous les fans de Tarantino sont allés le voir. Moi qui suis fan des Kill Bill du réalisateur suis allée le voir aussi ! Et j’ai savouré les deux heures et quarante minutes de ce cinéma : documenté ; soigné par un travail d’orfèvre seconde après seconde et séquence après séquence ; déjanté et décalé à …

View Post

Les Faussaires de Manhattan, de Marielle Heller

À quel point peut-on aimer écrire ? À quel point peut-on craindre l’écriture ? Lee Israel vous dirait que c’est même chose. Et c’est pour cela qu’elle a préféré s’échiner à écrire en se faisant passer pour d’autres auteurs. L’histoire mise en scène dans ce film est une histoire vraie : une écrivaine autrefois reconnue et révérée est dans la …

View Post

Le Daim, de Quentin Dupieux

Qu’est donc l’art du cinéma, si ce n’est de nous transporter dans un univers insoupçonné ? Le Daim nous parachute dans une France profonde, peu peuplée, reculée, dans une campagne indéfinie. Le paysage est plat, les tons sont ternes, aucune couleur forte ne vient trancher dans ce décor un peu fatigué. Un homme conduit sa voiture. Il s’arrête dans une …

View Post

Variations Kawase, documentaire d’Yves Montmayeur

La cinémathèque de Corse, à Porto-Vecchio, a eu la merveilleuse idée de consacrer un cycle au cinéma de la réalisatrice japonaise Naomi Kawase. Mais quel bonheur fut le nôtre, résidents de la Corse du sud, de rencontrer la réalisatrice elle-même en cette occasion. Or l’événement était bien pensé, et c’est le film documentaire de Yves Montmayeur, Variations Kawase, qui ouvrait …

View Post

Voyage à Yoshino, de Naomi Kawase

Voyage à Yoshino, le tout dernier film de la réalisatrice japonaise était projeté dans le cadre du cycle Naomi Kawase, programmé par la Cinémathèque de Corse.  Et voir un film en présence de sa réalisatrice (qui était dans la salle parmi les spectateurs), écouter ensuite ses commentaires et réponses aux questions posées (vidéo en bas de cette page), eh bien, cela …

View Post

58° Semaine de la Critique de Cannes : se perdre ou se trouver…

Commençons par le plus long de ces quatre films, et peut-être le plus éprouvant. Abou Leila, d’Amin Sidi-Boumédiène nous fait littéralement traverser le désert, deux heures vingt durant. Deux hommes sont en voiture. On ne sait où ils se rendent, ni pourquoi. On comprend qu’une amitié d’enfance les rapproche. On comprend que l’un, le plus fort, souhaite venir en aide …