Candeur et catastrophes se conjuguent singulièrement

Rue des VoleursJ’aime lire Mathias Enard. Et de livre en livre, j’aime le lire un peu plus à chaque fois. La profondeur d’un écrivain se ressent en ce qu’il sait tant de choses qu’il n’a pas besoin de les dire : le tissu de ses connaissances transparaît dans l’espace qui se forme entre ses mots. C’est ainsi qu’au hasard d’une phrase, parfois, bien qu’absorbé dans l’écrit, on se surprend à s’arrêter, pour méditer ; on interrompt sa lecture pour prendre la mesure de la portée de ce qui vient d’être dit. Le livre au global est poignant, sans en avoir l’air. Lire la suite

Share Button

Un art de vivre, en paix

Le-Maitre-de-the---Yasushi-InoueLE MAÎTRE DE THÉ
Yasushi Inoue
première édition 1995 (v.0. 1991)
Traduit du japonais par Tadahiro Oku et Anna Guerineau

C’est un livre très dense et malgré sa brièveté on peut passer un long temps en sa compagnie. Pour ma part, j’ai dû le lire deux ou trois fois au moment où je l’ai découvert, et voici que je fus prise du désir de le relire bien des années après, en ce mois d’août 2013. Étonnement je l’ai lu en quelques jours, et y ai trouvé de nouvelles saveurs, de nouvelles informations. J’ai lu un nouveau livre, autrement dit ! Voilà qui ressemble bien à l’essence du thé. Lire la suite

Share Button

Est-ce donc possible…

LaSolutionEsquimauAW (Page 1)OPIUM POPPY
Hubert Haddad
Ed. Zulma, 2011
Prix du Cercle de l’union Interallié 2012

Après mes lectures bien décevantes du mois dernier sur l’Afghanistan, me voilà amplement consolée par Hubert Haddad que je retrouve ici tel que je l’avais admiré dans son livre Palestine. Un écrivain à la plume poétique qui sait poser en nous avec émotion et force la connaissance d’un pays, d’une région, Lire la suite

Share Button

Où me mèneras-tu, passion?

le secret du maître de thé

LE SECRET DU MAÎTRE DE THÉ
Kenichi Yamamoto
Ed. Mercure de France, 2012 (v.o. 2008)
traduit du japonais par Yoko Kawada-Sim et Silvain Chupin
Prix Naoki 2008

Éprise de thé et de la pratique du thé, depuis longtemps m’étais-je avisée, déjà, d’intégrer « Le Maître de thé » de Yasushi Inoue dans ma sélection de quelques rares livres très fétiches. Kenichi Yamamoto a eu l’audace de relater la même histoire, celle du maître de thé Rikyû, au service du Taiko Hideyoshi au XVIème siècle.  De nouveau sous forme de roman il en livre une interprétation personnelle. Ai commencé par m’insurger de le voir bafouer Lire la suite

Share Button